Présentation du site

Ce blog a pour but de réunir les supporters du Football Club des Girondins de Bordeaux et ceux du Stade Montois Rugby.
Deux clubs empreints d'un riche palmarès et d'une illustre histoire.
Le but est d'échanger sur les résultats et la vie des deux clubs à travers les articles, sondages et les podcasts pour lesquels vous pourrez donner votre avis et même participer.
Nous nous efforçons de faire au mieux et nous espérons que ce blog réussira à vous plaire.
Enfin, au delà de ces deux clubs, nous parlerons également de sport en général ( Podcasts, Résultats, Forum etc… ).
Pour optimiser le blog, préférez les navigateurs internet Google Chrome ou Mozilla.

Bonne visite.

Rappel

Palmarès FCGB :

□ D1 ou Ligue1 - 6 fois Champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999, 2009
□ D2 - 1 fois Champion : 1992.
□ Coupe de France - 4 fois vainqueur : 1941, 1986, 1987, 2013
□ Coupe de la Ligue - 3 fois vainqueur : 2002, 2007, 2009
□ Trophée des champions - 2 fois vainqueur : 2008, 2009

Palmarès SMR :

□ Championnat de France - 1 fois champion : 1963
□ Championnat de France de Pro D2 - 1 fois champion : 2002
□ Challenge Yves du Manoir ( ancienne coupe de France ) - 3 fois vainqueur : 1960, 1961 et 1962.


FORUM DU BLOG : http://forum.marine-et-jaune.xooit.fr/index.php
MARINE ET JAUNE SUR FACEBOOK : http://www.facebook.com/marineet.jaune

mercredi 21 septembre 2016

6ème Journée : Metz 0 - 1 Girondins de Bordeaux

Gaetan Laborde a marqué le deuxième but des Girondins.
Bordeaux a su se racheter de sa défaite à domicile contre Angers en l'emportant à Metz...... 

Bordeaux s’exporte bien.
Après Lyon, c'est Metz, que les Bordelais ont défait.
Grâce à un Malcom de gala, impliqué dans les trois buts, Bordeaux a dominé Metz qui s'est montré fébrile sur son terrain.
Trois buts qui paraissent sévères mais qui traduisent une réussite provoquée par l'attaque Girondine.
Bordeaux se relance au classement et se place en embuscade à la 4ème place, derrière la surprise de ce début de saison, Nice (+2 pts) et deux favoris pour le titre Paris et Monaco (+1 pt).


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bordeaux a repris sa marche en avant en s'imposant largement sur la pelouse de Metz 3 à 0, confirmant son bon début de saison, mercredi lors de la 6e journée de Ligue 1.
Quatre jours après la défaite surprise à domicile face à Angers (0-1), les joueurs de Jocelyn Gourvennec ont bien réagi malgré les absences de Jérémy Menez et Diego Rolan.
Parfois malmenés, les Girondins, très dangereux en contres, ont puni le promu messin par Malcom (36) et Gaëtan Laborde (71), avant qu'Isaac Kiese Thelin aggrave le score sur penalty (76).

Grâce à ce quatrième succès de la saison, Bordeaux se replace au pied du podium avec 12 points, à une longueur de Monaco et du Paris SG et deux du nouveau leader, Nice, avant de recevoir Caen samedi.

Metz manque de réalisme

Malgré une première demi-heure très intéressante, Metz, qui n'avait perdu qu'une fois cette saison, sur la pelouse du PSG (3-0), a été rappelé à la dure réalité de l'élite et recule à la 8e place du Championnat (10 points).
Les Mosellans, qui ont dominé le début de rencontre, pourront regretter leur manque de réalisme. Ainsi Mollet obligeait Carrasso à enlever un ballon qui filait dans sa lucarne (20), puis Cohade écrasait sa frappe (26) et Sarr tirait au-dessus en position idéale (28).

Malcom en grande forme

Les Girondins, très rapides en contre, se montraient dangereux à leur tour par Touré, dont la frappe passait près de la lucarne de Didillon (30).
Malcom, lui, ne manquait pas la mire. Sur un nouveau contre, il lançait côté droit Kiese Thelin, qui lui remettait en retrait. L'imparable frappe en pivot du Brésilien finissait alors dans le petit filet opposé (0-1, 36).
Juste avant la pause, le gardien lorrain sauvait son équipe en repoussant un missile de Touré, qui avait encore pris de vitesse la défense messine (43).
Alors que Metz poussait pour égaliser, Bordeaux doublait la mise sur un énième contre. Après un tir de Kiese Thelin contré, le ballon revenait sur Laborde, qui lobbait Didillon d'une frappe en ciseau (0-2, 71).
Sonnés, les Messins concédaient peu après un penalty, transformé par Kiese Thelin, qui clôturait le score (0-3, 76).


Article : sudouest.fr




5ème Journée : Girondins de Bordeaux 0 - 1 Angers

Football - Ligue 1 - Le Bordelais Diego Rolan stoppé par l'Angevin Baptiste Santamaria. (AFP)
Les Girondins ont chuté à domicile face à une équipe qui ne leur réussit pas.....

Coup d'arrêt pour les Bordelais qui chutent à domicile contre une de leur bête noire.
Ouvrant le score en première période, Angers s'est recroquevillé en défense en seconde, et n'a pas cédé.
Bordeaux, inefficace et nerveux (Carton Rouge de Rolan à la 85') n'a pas su trouver le chemin des buts.
Peu d'action de buts à se mettre sous la dent pour les Girondins qui manquent l'occasion de rester dans le wagon de tête et marquent le pas sur ses concurrents....


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Girondins sont décidément toujours aussi incorrigibles. Comme la saison dernière, ils peinent dès que l'adversaire se fait plus modeste. Après leur joli succès à Lyon, les voilà qui s'inclinent à domicile face à Angers (0-1).
Toujours en difficulté face au SCO, déjà vainqueur à Bordeaux l'an passé mais également cet été en match de préparation (3-0), les Girondins sont encore tombés dans le piège. Un piège qu'on les pensait pourtant capables d'éviter, en raison d'une maturité nouvelle. Sur ce point, il faudra encore patienter.
Si le jeu en triangle et en première intention entre Ounas, Malcom et Rolan, dont la tête est repoussée par Michel (10e), permet au maigre public du Matmut Atlantique de s'échauffer, la suite est loin d'être du même acabit.

Les Girondins ont du mal à trouver la faille dans le bloc angevin et on peine à déceler, chez eux, l'enthousiasme qui leur avait permis de s'imposer au Parc OL la semaine dernière.
Après deux frappes non cadrées de Rolan et Plasil (33e, 35e ), Angers ouvre le score sans qu'il y ait à crier au scandale. Servi côté gauche, Andreu place un bon ballon dans le dos de la défense que Toko Ekambi reprend sans contrôle en pleine course. Carrasso repousse mais Toko Ekambi récupère et fusille le portier girondin sous la barre (0-1, 38e).
L'entrée en jeu de Laborde à la place de Ménez (victime d'une gêne musculaire à la cuisse) dès le début de la deuxième mi-temps, ne permet pas aux Girondins de reprendre du poil de la bête. Carrasso doit intervenir pour empêcher le but du break (58e), tout comme son homologue, de l'autre côté du terrain, qui détourne en corner un bon coup franc de Rolan (72e).
Hélas pour Bordeaux, l'Uruguayen va sceller le sort de la rencontre. Enervé par un tirage de maillot de N'Doye, il se vengera d'un tacle très dangereux sur Capelle. Difficile de contester le carton rouge sorti par Monsieur Thual (84e).

L'absence

Lors de la divulgation des équipes, une absence a créé la surprise. En effet, Grégory Sertic, touché au genou ne figurait même pas parmi les remplaçants et Jocelyn Gourvennec avait choisi d'associer Nicolas Pallois à Igor Lewczuk, qui fêtait ainsi sa première titularisation en défense centrale.

Le chiffre

18 129 spectateurs. Le SCO d'Angers est loin d'avoir attiré les foules au Stade Matmut Atlantique. Au vu du spectacle proposé par les Girondins, les absents n'ont pas eu complètement tort. Mais le bon début de saison bordelais, en tout cas jusqu'ici, aurait bien mérité un peu de ferveur populaire.

Les notes de "Sud Ouest"

6/10 : Carrasso, Sabaly, Vada, Malcom
5/10 : Lewczuk, Pallois, Plasil, Ounas, Laborde
4/10 : Contento, Menez, Rolan


Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Angers. 

video



Source : youtube.com

Conférence de presse après le match entre Bordeaux et Angers.




Source : dailymotion.com

4ème Journée : Montauban 22 - 18 Stade Montois

Une belle chose de faite pour Micka Ladhuie et ses coéquipiers./ Photos DDM, Chantal Longo. 
Les Montois ramènent le point de bonus défensif de Montauban mais auraient pu espérer mieux...

Match serré où les jaune et noir auraient pu l'emporter sans une faute de défense qui a coûté un essai décisif.
Grâce à la botte de Gerber, les Montois ramènent un bonus défensif qui laisse cependant un goût amer.
Montauban toujours solide à domicile est une équipe que les Landais ne savent toujours pas jouer...
Dommage, car il y avait la place pour faire mieux !!!!


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Montois sont parfaitement entrés dans le match et vont rapidement concrétiser cette domination initiale par la botte de Danre Gerber. Cela eut pour conséquence de réveiller les locaux qui vont répliquer immédiatement. Dans ce match, le jeu est des plus équilibré chaque équipe a ses périodes de domination. En première mi-temps, chez les Montois on pourra regretter ne pas être parvenu à mieux utiliser la période de supériorité numérique. Cela ne leur permettra pas de mettre sous pression les Montalbanais qui grâce au pied de Lescalmel vont finalement virer en tête à la pause par 12 à 6.

Pour autant, on peut dire que rien n'était fait tant les équipes se neutralisaient. Les Montois reviennent tôt sur la pelouse pour préparer la deuxième mi-temps et cela s'est vu rapidement. Cela leur permet de repartir du bon pied en mettant rapidement à la faute les locaux sur une mêlée dans leurs 22 mètres.

Gerber remet Mont-de-Marsan dans le bonus défensif (12 à 9, 42e). La bonne période landaise sera concrétisée une nouvelle fois lorsque Montauban multiplie les fautes de main avant de se mettre à la faute pour armer le pied de Gerber des 40 mètres pour l'égalisation (49e) méritée à ce moment de la rencontre. A partir de l'heure de jeu, c'est finalement les locaux qui auront le plus d'énergie pour faire basculer les débats en leur faveur en inscrivant le seul essai de la rencontre sur la seule vraie occasion, une attaque de trois-quarts avec renversement de jeu pour l'essai en coin de Bosviel.

En fin de partie, les cartons jaunes se multiplient et Montauban finira même à treize. Seule une pénalité de Gerber permettra aux Montois de repartir avec le bonus défensif. Un moindre mal sans que cela satisfasse totalement les entraîneurs montois qui espéraient certainement mieux.

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Montauban et le Stade Montois.



Source : youtube.com

4ème Journée : Lyon 1 - 3 Girondins de Bordeaux

Malcom et Grégory Sertic, tous deux buteurs à Lyon
Bordeaux a créé l'exploit en l'emportant à Lyon, invaincu jusqu'alors dans son antre...... 

Beau résultat pour les Bordelais qui ramènent une victoire de Lyon.
Bénéficiant de leur supériorité numérique après l'énorme faute de Gonalons sur Malcom, les Girondins ont pris l'avantage en marquant deux buts.
Bordeaux se retrouve désormais seul 2ème au classement.
Bonne opération.....


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ces Girondins-là laisseront donc une trace dans l'histoire, et pas seulement car ils auront été les premiers à porter leur maillot « cartes postales ». Depuis l'inauguration de leur Parc OL, les Lyonnais avaient empilé huit victoires et deux nuls, avec trois buts marqués de moyenne par match. Ils sont tombés pour la première fois, samedi, en en encaissant trois (1-3). À quatre jours de leur entrée en Ligue des Champions, les Rhodanniens ont subi un second affront après Dijon (4-2) et l'inquiétude était d'autant plus grande qu'ils n'avaient pas grand-chose à redire.
Pour Bordeaux, ce n'est encore que la petite histoire. La place de leader vécue durant trois heures sera mise à l'épreuve en une semaine face à Angers, puis à Metz et contre Caen, d'autres profils qui lui réussissent moins. Mais après les mois qui ont couru, cette victoire permet de regarder de l'avant autant qu'elle va marquer les esprits et créer l'envie. « Il faut être satisfait, heureux, mais garder de la mesure. On avance petit à petit », lâchait Jocelyn Gourvennec, habitué à « revenir avec des valises » de la cité des Gones.
Sur la pelouse de Décines, Jaroslav Plasil et ses coéquipiers ont renforcé leurs intentions et promesses de l'été, quand le début ressemblait plutôt à leur cauchemar. Durant toute la semaine, ils avaient répété qu'il fallait éviter l'entame catastrophe de Toulouse (4-1). La première minute se terminait quand Darder s'est projeté dans le dos du milieu et que Kalulu a profité d'un manque impact initial. « On a su rester calme, organisé. J'ai aimé notre sang-froid », notait Jocelyn Gourvennec.

Qualité technique

Ses hommes se sont remis les idées en place tout en remettant le pied sur le ballon. Récupérant vite aussi, ils se sont appuyés sur la qualité technique du trio Ounas - Menez - Malcom, disponible dans les intervalles au cœur du jeu pour doucement prendre l'ascendant. Avec des latéraux positionnés très hauts, la mobilité de Rolan, ils ont ajouté la maîtrise qui leur avait manqué sur la durée contre Saint-Étienne ou Nantes et vite créé des déséquilibres. 55 % de possession, 11 tirs contre 4, sept centres : les Girondins avaient à la mi-temps des statistiques lyonnaises au Parc OL.
« On avait déjà fait des choses intéressantes. On a mis plus de justesse, technique et dans les choix. Ce qui est intéressant, c'est qu'on a des joueurs offensifs qui ont envie d'évoluer ensemble, d'une manière alerte, dynamique », notait Gourvennec. La volonté d'aller chercher haut a aussi été récompensée : un ballon récupéré par Sabaly après un pressing partagé avec Rolan sur Kalulu a mis Malcom sur orbite. Dans la lignée de son début de saison, mois de juillet inclus, le jeune Brésilien aura été de tous les bons coups, malgré l'agression de Gonalons (68e). Adam Ounas a ensuite déposé sur la tête de Sertic le coup-franc du 2-1, permettant aux hommes de Gourvennec de prendre l'avantage.

La défense a tenu

À 11 contre 10 au moment où ils commençaient à reculer, les Girondins ont alors validé l'autre facette entrevue de leur potentiel : fructifier les espaces laissés par un OL désordonné et groggy par la sortie de son capitaine et de Lacazette, rattrapé par sa blessure aux ischio-jambiers.
À vrai dire, la préoccupation de départ concernait plus la solidité défensive. Le test a été validé, sans Poundjé (lire ci-contre) et non sans frayeur : comme contre Nantes, Cédric Carrasso, seul rescapé de la dernière victoire dans le Rhône il y a quatre ans (0-2), a apporté son écot à des moments clés - à 1-0 face à Diakhaby et à 1-1 devant Ferri. La charnière choisie, Sertic - Pallois, a tenu, avec une mention au premier, sans faute. Gêné par les déplacements de Ferri et Darder lors du premiers quart d'heure, le bloc a su se resserrer. « Je ne considère pas ça comme un match référence, mais c'est une bonne base de travail », dit Gourvennec. Et un petit exploit.

Source : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Lyon et Bordeaux.

video


Source : youtube.com

Conférence de presse après le match entre Lyon et Bordeaux.



Source : dailymotion.com

3ème Journée : Stade Montois 12 - 6 Bourgoin


Nicolas Garrault, ici à gauche au soutien de Gorgadze, est arrivé de Tarbes à l'intersaison.
Gorgadze 20160910_photo_DSC_1530
Les Montois l'emportent face à une équipe de Bourgoin, accrocheuse...... 

Victoire dans la douleur des Landais face à Bourgoin.
Bourgoin qui n'a pas su concrétiser les occasions de prendre le score en première mi-temps.
Notamment après le carton jaune de Gorgadze en fin de première période.
Solides défensivement, les Montois ont tenu bon et ont su concrétiser les occasions au pied.
Les Montois restent tout de même dans le wagon de tête malgré cette victoire étriquée.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le match

Après le match d'ouverture à Perpignan, puis l'irrationnel derby landais vendredi dernier, on était curieux de voir comment les Montois allaient gérer le retour à l'ordinaire du championnat. La réponse fut d'une tristesse infinie, passées dix minutes encourageantes, durant lesquelles ils ont semblé surfé sur la dynamique de leur derby de folie. Ils menaient ainsi tranquillement 6-0, grâce à deux pénalités de Gerber. Une récompense logique pour des jaune et noir appliqués, faisant vivre le ballon grâce à des libérations rapides et balayant parfaitement le terrain. Tout semblait tellement facile que Gerber s'essayait même à une pénalité de 60mètres, sans succès… C'est alors que la lumière s'est éteinte dans le camp montois.
Les Berjalliens mettaient la main sur le ballon, et sans en faire beaucoup, provoquaient une guirlande de fautes landaises. Heureusement, Bouillot manquait ses deux premières tentatives, pourtant faciles, avant de régler la mire et de ramener les siens à hauteur (6-6,27e). Mis en confiance, les visiteurs dominaient clairement, bien aidés par des Montois devenus fébriles, accumulant mauvaises passes et en-avants. Pour couronner le tout, leur indiscipline chronique finissait par coûter un carton jaune à Gorgadze juste avant la pause.
Mais jouer à 14 réussit finalement bien aux Montois, qui se rebellaient à la reprise pour repasser devant (9-6,45e). De quoi lancer enfin la machine ? Non, car on ne peut manger du foie gras toutes les semaines, et après le derby, le match d'hier soir ressemblait plutôt à un pâté bon marché. On a même frissonné dans les travées de Boniface, Bourgoin dominant les dix dernières minutes sans réussir à scorer. Les Isérois rumineront sûrement les trois échecs de leurs buteurs, alors qu'on retiendra seulement la victoire dans le camp montois. Le paradoxe est que ce brouillon de début de saison permet aux jaune et noir de respecter leur plan de marche et de s'installer en haut de tableau. Mais pour y rester, il faudra rapidement faire beaucoup mieux…

Le fait marquant

On pourrait bien entendu citer les nombreux en-avant montois, les mauvais choix, les imprécisions, la fébrilité. Mais comme tout ceci était presque trop gros pour être vrai, on retiendra plutôt le point noir de l'indiscipline. Elle avait coûté cher à Perpignan, et cela aurait encore pu être le cas hier soir, face à un adversaire d'un autre calibre que Bourgoin. Car durant le très court laps de temps durant lequel ils ont réussi à tenir le ballon, les Berjalliens ont systématiquement mis à la faute les Montois, réduits à 14 dix minutes suite à une énième faute au sol. Sans conséquence hier soir, mais pour espérer gagner à Montauban vendredi prochain, il faudra être beaucoup plus propre dans ce secteur.

Les joueurs

Difficile de faire ressortir des hommes d'un tel brouillon. Mais au milieu d'un océan de fébrilité, Mirande, et surtout Laousse-Azpiazu derrière, ont joué juste. L'arrière respire la confiance en ce début de saison, et semble bien parti pour s'installer comme un cadre de cette équipe.
Malafosse et Caudullo ont aussi surnagé devant, où les semaines se suivent et ne se ressemblent pas pour Gorgadze. Etincelant dans le derby, il s'est noyé sous les chandelles iséroises hier, avant d'être exclu dix minutes et d'être remplacé par Malet, de retour en Pro D2 plus d'un an après son dernier match à ce niveau.

Article : sudouest.fr


Résumé en images de la rencontre entre le Stade Montois et Bourgoin.


Source : youtube.com

mercredi 14 septembre 2016

2ème Journée : Stade Montois 33 - 29 Dax

Muzzio et les Montois vont essayer de surfer sur la vague du succès contre Dax.
Bien que réduits à 14 durant 68 mns,  les Montois ont trouvé les ressources pour remporter le derby....

Derby épique remporté par les Montois.
Pourtant réduits à 14 dès la 12ème minute, les Jaune et Noir n'ont rien lâché et ont su trouver les ressources nécessaires pour se sortir du piège Dacquois.
Menés trois essais à zéro, les Montois auraient pu sombrer mais ils ont su de suite réagir pour remonter et passer devant grâce à beaucoup d'abnégation.
Le Stade Montois a su aussi trouver un bon buteur, à savoir, le sud-africain Gerber qui a rendu une copie parfaite (7/7  - pénalités - 1/1 - transformation - ).
Important d'avoir un buteur fiable dans une équipe.
Les saisons passées, il nous a manqué un buteur qui pouvait rassurer son équipe.
En tout cas, victoire importante pour la confiance.
Allez les Jaunes !!!!!!!

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


On le pressentait, ce derby landais sentait la poudre. Il n'a pas déçu. Dans la cuvette de Boniface, l'incendie a pris rapidement, avec M. Cayre dans le rôle du pyromane. En sortant dès la 12e minute un carton rouge à l'adresse de l'ouvreur montois Otazo, pour un plaquage dangereux, il a rapidement fait monter la température.
On débattra longtemps dans les Landes de cette décision, sévère dans l'esprit mais déjà vue plusieurs fois depuis le début de la saison sur les pelouses de Top 14… Le problème est qu'elle a été prise sur la base d'un arbitrage vidéo sauvage, et que si fautif il y a, on n'est pas certain que c'est sur le pauvre Otazo que la foudre aurait dû s'abattre.

Combat magnifique

Bref, l'épisode appartient désormais à la légende des derbys. Heureusement, loin de gâcher la fête, il l'a au contraire sublimée, les deux équipes se livrant un combat magnifique, où tous les coups furent rendus. 80 minutes plus tard, ce sont les Montois qui se tenaient debout, pour un succès qui va lancer leur saison de la plus belle des manières. Les Dacquois, eux, peuvent s'en vouloir d'avoir laissé passer une occasion en or de ramener un premier succès de Mont-de-Marsan depuis 2006. Trop nerveux et indisciplinés, ils ont gâché l'offrande.
Il faut dire que comme souvent dans ces cas-là, l'équipe en infériorité numérique a trouvé le supplément d'âme pour rééquilibrer le combat. Après vingt minutes et une pénalité de près de 60 mètres de l'épatant Gerber, les Montois menaient ainsi 9-0 face à des visiteurs sur la retenue. Ceux-ci allaient pourtant réagir superbement avec un essai en première main derrière une touche : le bulldozer Naqalevu forçait le passage pour la fusée Bureitakiyaca qui filait sur 50 mètres pour marquer (9-7,25e). Limpide.
Et au cas où les Montois n'auraient pas bien vu l'action, les deux Fidjiens rejouaient la scène juste avant la pause pour remettre quasiment les deux équipes à égalité (15-14). Oui, car entre-temps, les Montois avaient gardé le cap, grâce à deux pénalités de Gerber et au carton jaune récolté par le Dacquois Tuineau.

Dax perd deux bonus…

La pause calmait un peu les ardeurs des deux équipes, mais après dix minutes de répit, la folie s'emparait de nouveau de Boniface. Sur une passe au pied de Justes, Bureitakiyaca filait sur son aile pour valider un triplé qui offrait à cet instant le point de bonus offensif aux Dacquois (15-19, 49e) ! Ils n'en profitèrent cependant que deux petites minutes, le temps de mal négocier le renvoi et de laisser le demi de mêlée Ormaechea s'effondrer dans l'en-but, avant que Gerber ne rajoute trois points (25-19, 57e).
Rideau ? Non, pas encore. Suite à une chandelle, l'arrière montois Couet-Lannes restait au sol, ce qui offrait un boulevard aux Dacquois, qui scoraient une quatrième fois par Chiappesoni (25-26, 67e). Mais les rouge et blanc ne tenaient pas leurs nerfs, et Ceyte, sur un plaquage dangereux, permettait aux Montois de reprendre l'avantage (28-26). Puis Cabannes marquait en coin un essai qui enlevait à la fois le bonus offensif et défensif aux visiteurs (33-26). Mais comme il fallait que la soirée soit belle pour tout le monde, l'USD, d'une dernière pénalité, assurait au moins le point de bonus défensif (33-29). Vivement le derby retour…

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre le Stade Montois et Dax.

video

Source : dailymotion.com

vendredi 2 septembre 2016

3ème Journée : Girondins de Bordeaux 1 - 0 Nantes

Cédric Carrasso a largement contribué à la victoire de son équipe
Le retour de Carrasso dans les buts a fait du bien aux Bordelais..........

Sans être géniaux mais plutôt efficaces, Bordeaux l'emporte sur Nantes sur le plus petit des écarts.
Une belle action de Ménez sur la droite qui centre et trouve Rolan qui marque devant les buts (31').
A part cela, les Bordelais ont plutôt été brouillons devant les buts et ont compté sur leur portier, Carrasso, qui revenu dans les cages, a montré qu'il était encore le patron.
Une petite victoire donc, mais qui rapporte 3 points.
Après une lourde défaite à Toulouse, ne faisons pas la fine bouche.
Il fallait se rassurer, et la mission est accomplie, même si l'on sent encore une équipe qui cherche encore ses automatismes.
Prochaine rencontre avec un déplacement compliqué à Lyon qui voudra se racheter après leur défaite chez le promu, Dijon (4-2).


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus appliqués, plus sérieux, plus concentrés, plus sereins aussi, les Girondins ont préservé face à Nantes, leur invincibilité à domicile (deux victoires et une défaite en trois matches), notamment grâce à un Cédric Carrasso qui a sans doute apporté beaucoup de confiance à ses partenaires (lire ci-dessous).
Bordeaux a montré un meilleur visage que lors de sa sortie toulousaine (4-1) et laissé entrevoir quelques belles promesses. Notamment avec un Jérémy Menez capable de remettre son équipe dans le sens de la marche en mettant un défenseur dans le vent, puis en délivrant une passe décisive au cordeau (32e). Aussi en réalisant quelques combinaisons (pas encore totalement décisives) mais déjà bien huilées avec Diego Rolan.
Le seul bémol de cette équipe ce sont ses fins de matches. Une fois encore les Girondins ont semblé tirer la langue en fin de rencontre et se mettre en danger face à une équipe de Nantes, certes bien en place, mais loin d'être irrésistible.

Le résumé

Les Girondins, qui avaient habitué leurs supporters aux scores fleuve (3-2 contre Saint-Etienne et 4-1 à Toulouse), leur ont servi ce dimanche face à Nantes, un score beaucoup plus étriqué, mais sans doute aussi beaucoup plus rassurant.
Perturbés en début de rencontre par un FC Nantes en 4-1-4-1, les Bordelais vont pourtant se procurer rapidement deux occasions franches. Deux occasions sur lesquelles le duo Menez-Rolan est impliqué : la première c'est un une-deux mal négocié à l'entrée de la surface de réparation nantaise (9e), la seconde une frappe de Menez (servi par Rolan) côté droit.
Logiquement, c'est ce même duo qui va ouvrir la marque (31e), grâce à un petit numéro de Menez sur l'aile droite qui sert Rolan d'une passe tendue devant le but de Riou.

Les Girondins auraient même pu ouvrir la marque plus tôt lors d'une faute pas si anodine que ça du Nantais Vizcarrondo sur Menez dans la surface de réparation  (21e).
La seconde période sera moins enthousiasmante. Malgré (encore) une attaque Menez-Rolan sur l'aile droite (72e), qui n'ira pas au bout en raison de l'intervention pas assez précise de Touré, mais aussi en raison de la sortie de Toulalan sur blessure (46e). Le néo-girondins, qui se plaignait de la cuisse gauche, risque de faire défaut à la défense de Jocelyn Gourvennec dans les semaines qui viennent.

Le joueur

On aurait pu choisir de parler de Jérémy Menez, notamment pour sa passe décisive au millimètre sur le but de Diego Rolan. On aurait aussi pu évoquer Malcom, tant le jeune brésilien, doucement mais sûrement, monte en puissance au sein de l'effectif bordelais. Pourtant c'est sans doute Cédric Carrasso qui a été l'un des hommes le plus en vue de l'effectif girondin. De retour à un poste qu'il n'avait plus occupé depuis sa blessure le 23 janvier dernier, le gardien bordelais a su montrer qu'il avait l'expérience et le métier nécessaires pour rassurer toute une équipe.
On citera pour preuve trois arrêts, sans lesquels la rencontre aurait pu prendre une toute autre tournure : sur un tir à ras de terre de Diego Carlos (49e), sur une tête de Bamou au point de penalty (73e) et sur un tir en angle fermé de Sigthorsson (73e).
Carrasso a rappelé en un seul match qu'il était le gardien numéro un du club bordelais. Il sera bien difficile de lui reprendre sa place.

La déclaration

Nicolas de Tavernost (Président de M6) : "Ce fut une victoire difficile mais on voit que le championnat est difficile, il suffit de regarder ce qui est arrivé à Lyon. C'est une bonne chose pour Bordeaux, ce ne fut pas facile mais on a eu un bon gardien dans les buts. Ce qui est important pour nous c'est de prendre les points le plus vite possible. On a trois bons gardiens. Il se trouve que psychologiquement, ce n'est facile ni pour les uns, ni pour les autres. Carrasso avait envie de jouer, l'entraîneur a fait son choix. Il a prouvé que ce choix était pertinent, ce qui ne veut pas dire que Prior soit un mauvais choix. Mais il y avait des conditions psychologiques qui faisaient qu'il fallait prendre des points et de la confiance. Il y aura encore des ajustements dans l'effectif. Il manque quelques éléments à certains postes. J'espère qu'on n'aura pas trop de blessures. On va regarder ce qui va être fait en fonction des arrivées et des départs. Pour Rolan, on n'a pas de proposition. Il a fait un très bon match. On serait content qu'il reste. Mais s'il y a des sollicitations auxquelles il souhaite répondre, on examinera ça."

Article : sudouest.fr

Résumé en images du match entre Bordeaux et Nantes.

video

Source : dailymotion.com


Conférence de presse après la rencontre entre Bordeaux et Nantes.




Source : dailymotion.com

dimanche 28 août 2016

1ère Journée : Perpignan 19 - 16 Stade Montois

Les Montois ont réussi à perturber le jeu des Catalans hier soir à Aimé-Giral.
Les Montois commencent cette saison par un bon résultat même s'ils auraient mérité mieux..... 

Malgré des décisions arbitrales qui ont certainement décidé du résultat, le Stade Montois a réussi à arracher un point de bonus défensif. Mais nous avons un goût amer d'inachevé...
Les Montois ont mené à la mi-temps (6-10) et ont fait peur aux Perpignanais qui bien aidés par l'arbitre ont bénéficié de 20 minutes de supériorité numérique qui leur ont permis de revenir au acore et de prendre l'avantage.
Il était dit que les Montois ne pouvaient gagner ou même ramener un match nul de Catalogne car sur la dernière mêlée, les Jaune et Noir auraient dû avoir une pénalité !!!!!
Mais l'arbitre s'est montré intransigeant envers les Landais.
Les Montois, même s'ils ont été chahutés en mêlée et en touche, (entrée de Blanchard en seconde période...) ont mené la dragée haute aux sang et or, et ont surtout été bons défensivement.
Ce point de bonus, pris chez l'un des concurrents pour le haut du tableau, est encourageant mais frustrant.
Le derby qui se profile la semaine prochaine est déjà important pour afficher nos ambitions de début de saison.....

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bord de Méditerranée, fin août, ciel bleu : avouons-le, le cadre est plutôt agréable pour se remettre au boulot? Sauf pour les rugbymen montois. Comme à Béziers (36-23) un an plus tôt, ils ont trébuché hier soir à Perpignan (19-16) pour le coup d'envoi du championnat. Mais si le cadre était le...
Bord de Méditerranée, fin août, ciel bleu : avouons-le, le cadre est plutôt agréable pour se remettre au boulot… Sauf pour les rugbymen montois. Comme à Béziers (36-23) un an plus tôt, ils ont trébuché hier soir à Perpignan (19-16) pour le coup d'envoi du championnat. Mais si le cadre était le même, le contenu fut tout autre.

Alors qu'ils avaient joué aux touristes à Béziers, ils ont offert un tout autre visage dans un stade Aimé-Giral qui n'a plus d'enfer que le nom (sauf pour se garer). Car les Landais avaient fixé le cap avant le début des hostilités : démarrer fort, pour ne pas être contraints, comme la saison dernière, à un sprint final sous pression pour arracher la qualification. Sur le plan des résultats, la bonne résolution attendra au moins une semaine de plus. Mais dans l'état d'esprit, le Stade Montois a bien lancé sa saison hier, même s'il y a peu de choses à retenir au niveau du jeu.

Car comme prévu, on a assisté à un vrai match de reprise. Certes les intentions étaient là, mais passées dix minutes et une pénalité de James, les fautes se multiplièrent de part et d'autre. Avec un enseignement : comme redouté, le cinq de devant montois, amputé de son leader (Caudullo blessé) et de sa seconde ligne (Tutaia - Dargier) de la saison dernière, souffrait le martyre.

« En Pro D2, il faut être intraitable chez soi. Ces deux derniers mois on a beaucoup travaillé la défense et la conquête », confiait dans la semaine le Catalan Loïc Charlon. Hier, ce travail a payé. Notamment en mêlée, où l'USAP, renforcée cet été par l'ancien international Milo-Chluski, prenait largement l'ascendant (5 pénalités ; carton jaune pour Muzzio…). Ecochard donnait ainsi l'avantage à son camp (6-3, 34e), mais presque par miracle, les Montois menaient bien à la pause (6-10) grâce à un essai de James derrière une mêlée (!) cafouillée.

Trop d'indiscipline

Mais en infériorité numérique, ils subissaient logiquement à la reprise, malgré une mêlée stabilisée par l'entrée de Sébastien Ormaechea. Et à force de plier, leur défense rompait sur un exploit de Piukala, qui échappait à un plaquage de James avant d'aller marquer (13-10, 55e). Le début d'un duel de buteurs (16-13,59e), puisque le Stade Montois, privé de munitions exploitables, était incapable de proposer son jeu de passes et de mouvement.

L'affaire se corsait un peu plus avec le carton jaune sévère de Brethous pour un plaquage dangereux. Mais il fallait voir là le signe de la détermination des Landais, irréprochables d'engagement et qui finissaient forts. Malheureusement, le péché de gourmandise de Taulanga, qui tentait une chistera dans les 22 mètres catalans, était puni de la pénalité de la gagne d'Ecochard sur la contre-attaque (19-16,75e). Rageant, mais ce seul point de bonus défensif, n'est finalement pas si illogique. « On a été trop pénalisés pour gagner un match à l'extérieur. Même si on ne passe pas loin et qu'on est déçus, il y a une certaine logique », reconnaissait ainsi Sylvain Mirande au micro de Canal + sport.

Article : sudouest.fr


Résumé du match entre Perpignan et le Stade Montois.



video

Source : rugbyrama.fr

2ème Journée : Toulouse 4 - 1 Girondins de Bordeaux

L’attaquant bordelais Diego Rolan, inefficace samedi, contrairement au Danois Martin Braithwaite, auteur d’un doublé en seconde période pour le TFC.
Bordeaux chute lourdement à Toulouse et retrouve ses vieux démons en défense.....

Les Girondins ont été humiliés à Toulouse et concèdent une lourde défaite... 
Inquiétant pour la suite... 
Les choix de Gourvennec sont déjà pointés du doigt (Carrasso, Contento, etc...) !!!!
Prior est en effet coupable sur au moins trois buts à cause de mauvaises sorties.
Il est temps de retrouver de la sérénité en défense et dans les buts au plus vite.
A noter également que les Bordelais ont rencontré des problèmes dans leur organisation offensive, ne parvenant pas à aligner des passes ou de trouver leurs attaquants dans de bonne conditions....
Avant de recevoir Nantes, il devra y avoir des changements surtout avec un gardien très moyen et la suspension de Pallois suite à son carton rouge.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La synthèse

Bordeaux n'a plus gagné à Toulouse en Ligue 1 depuis décembre 2009 (cinq victoires toulousaines et deux matches nuls). Ce samedi soir, deux buts encaissés rapidement sur des coups de pied arrêtés frappés par Tréjo ont été rédhibitoires. Les deux seuls tirs cadrés du Téfécé en première période. Les Violets ont ensuite géré. Braithwaite a ajouté deux buts. Kiese Thelin a réduit la note en inscrivant son deuxième but en Ligue 1 (4-1).

Le résumé

Le 12 mars dernier, Pascal Dupraz débutait son aventure au Stadium par une large victoire 4-0 face aux Girondins. Un résultat fatal à Willy Sagnol, débarqué de son poste d'entraîneur du FCGB. Jocelyn Gourvennec, arrivé pendant l'été, ne connaîtra pas, bien sûr, le même sort que l'ancien latéral du Bayern Munich. Mais ses joueurs ont montré des faiblesses parfois vues la saison passée.

Ce soir là, Tréjo avait marqué le dernier but, à la dernière minute. Cette fois, le milieu argentin a offert les deux premiers. Il a déposé un coup franc sur la tête de Diop, qui a devancé la sortie de Prior (1-0, 4e). Un corner de Tréjo était catapulté de la tête par Jullien, qui a devancé Guilbert (2-0, 10e).

La suite était plutôt équilibrée. Cependant, les Bordelais ne parvenaient pas à déséquilibrer le bloc toulousain. Malcolm répondait d'une frappe lointaine hors-cadre (16e) puis d'un coup-franc capté par Lafont (25e). Le seul à apporter un peu de danger.
Touché jeudi à l'entraînement, Gaëtan Laborde, buteur et passeur contre Saint-Etienne (3-2) était finalement en tribune. Diego Rolan était ainsi accompagné de Jérémy Menez (entré à la 73e minute à la place de l'Uruguayen contre les Verts) en attaque au sein du 4-4-2. Autre recrue de l'été, Jérémy Toulalan, suspendu lors de la première journée, effectuait sa première apparition en match officiel sous le maillot au scapulaire. Sinon, les neuf autres vainqueurs de Saint-Étienne étaient reconduits. Pour proposer une copie totalement différente, notamment offensivement.

Suite à une faute de Toulalan, Braithwaite, de 20 mètres, envoyait un bijou dans la lucarne gauche de Prior (3-0, 67e). Buteur sur coup franc contre l'ASSE, Malcolm trouvait cette fois l'équerre de la lucarne droite de Lafont (77e). Lancé par Pi, le capitaine danois toulousain s'offrait un doublé (4-0, 83e). Si Kiese Thelin, sur un service de Plasil, réduisait l'écart de la tête et évitait une défaite identique à mars dernier (4-1, 90e), les Girondins allaient encore terminer à dix. Dans le temps additionnel, Pallois était expulsé pour un second carton jaune (Sané avait pris un carton rouge la saison passée).
Après ce lourd revers dans le derby de la Garonne, les Bordelais devront rebondir lors du derby de l'Atlantique, dimanche 28 août (15 heures), à domicile face à Nantes.

Les joueurs

Peu de satisfactions, forcément. Le duo Rolan-Ménez n'a pas pesé devant. Pour sa première titularisation en Ligue 1 depuis le 5 avril 2014 (3-0 avec le PSG contre Valenciennes), Ménez a été très discret. Averti rapidement pour contestation, l'ancien Milanais a eu peu de ballons à exploiter. Il a été repris (30e) puis trop court sur une ouverture de Pallois (41e). Il a cédé sa place à Kamano (premières minutes en L1 avec Bordeaux) après le troisième but.

Touré et Malcom sur les côtés ont au moins été actifs. Le Brésilien a été, de loin, le plus dangereux. Envoyé à l'échauffement avant la mi-temps, Adam Ounas est entré à la place de Touré après la pause sans parvenir à dynamiser le jeu de son équipe.
Le binôme Pallois-Guilbert en défense centrale a été submergé en début de match et régulièrement devancé. Critiqué pour ses sorties sur les deux buts stéphanois samedi dernier, Jérôme Prior a été dépassé sur les buts toulousains.

La décla : Jocelyn Gourvennec

"Ça s'est joué sur l'engament, les coups de pied arrêtés. Ce qui nous a souri semaine dernière ne nous a pas souri ce soir. A 2-0 à la mi-temps, il n'y avait rien de joué. On a subi la fougue pendant 20 minutes, après on s'est bien repris. On a eu des coups que l'on n'a pas exploités. Il fallait jouer plus direct dans leur dos, car l'état du terrain ne permettait de poser le ballon. Au contraire, ils ont alourdi la note. Il y a un gros écart entre notre niveau sur les deux matches. Ce n'est pas notre niveau réel ce soir. La défaite ne fait pas plaisir, surtout dans un derby. Mais ça reste un match, on a une semaine pour rebondir".

L'image : "désert de Gobi" en bord de Garonne

La pelouse du Stadium était bel et bien dans un mauvais état samedi soir. Qualifiée de "désert de Gobi" par l'entraîneur toulousain Pascal Dupraz, certaines zones de la pelouse ont subi à quatre reprises les attaques d'un champignon (le pythium) qui altère sa qualité et sa couleur.

Article : sudouest.fr 



Résumé en images de la rencontre entre Toulouse et Bordeaux. 

video

Source : dailymotion.com 


Conférence de presse après le matche entre Toulouse et Bordeaux.

video

Source : dailymotion.com

1ère Journée : Girondins de Bordeaux 3 - 2 Saint Etienne

Malcom a inscrit le troisième but bordelais sur coup franc.
Bordeaux commence bien sa saison en remportant son premier match à domicile face à St Étienne....

Les Girondins se sont fait peur en menant 3-0 puis en concédant 2 buts qui leur a offert une fin de match angoissante.
Cela rappelle les scenarii de la saison précédente.
Encore des erreurs défensives coupables et des sorties de Prior, hasardeuses.
Il faudra résoudre au plus vite ces problèmes avant le déplacement à Toulouse qui s'annonce difficile....

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

«Au moins, il n'y aura pas d'enflammade? » Jocelyn Gourvennec est resté positif, calme et serein hier soir, après la victoire des Girondins (3-2) contre Saint-Étienne. Il préférait sans doute savourer son plaisir, celui d'avoir débuté son aventure bordelaise sur une note positive, avec les jolies...
«Au moins, il n'y aura pas d'enflammade… » Jocelyn Gourvennec est resté positif, calme et serein hier soir, après la victoire des Girondins (3-2) contre Saint-Étienne. Il préférait sans doute savourer son plaisir, celui d'avoir débuté son aventure bordelaise sur une note positive, avec les jolies perspectives que cela suscitait, plutôt que de s'agacer, sur une fin de match difficile où le score passa de 3-0 à 3-2, rappelant quelques scenarii douloureux des saisons passées…
Bien sûr, il eût sans doute aimé, ce matin, se retrouver seul, tout en haut du tableau de la Ligue 1, à cette place que lui auraient offerte les trois buts marqués par Laborde, Rolan et Malcom, plutôt que de la partager avec d'autres. Mais gagner suffisait à son bonheur. Plutôt que de s'en prendre à ses hommes, il s'attacha à en souligner la jeunesse. « On a un groupe jeune et avec la fatigue, on a été moins lucide », explique-t-il. « Sur les fins de match, quand on est un peu dans le rouge, on a un peu plus de mal à gérer, quand on est jeune. »

Prior pas aidé

Il n'était pas question, pour lui d'accabler Jérôme Prior, peu incisif sur ses deux sorties où il vit le ballon entrer deux fois dans ses filets. Il est sûr que le Toulonnais se trouva, par deux fois, un peu abandonné par sa défense, que Guilbert, lobé sur le premier but stéphanois, concédait un handicap de taille (81e) et que Söderlund (89e), « joua avec promptitude et adresse ».
Il n'empêche que la situation n'est pas facile et potentiellement explosive pour Prior. Ce dernier se retrouve avec, derrière lui, un Cédric Carrasso brûlant de jouer, acclamé par le Virage Sud, qui ne prit pas la peine, hier, de s'échauffer avec lui, préférant le toro avec les remplaçants...
Il reste que les Bordelais menèrent joliment 3-0, dans la canicule du Matmut et cela témoigne d'un état d'esprit conquérant. Pourtant, ils souffrirent longtemps dans cette partie, face à la densité physique et le pressing agressif des Stéphanois. La réussite de Laborde, dès la 13e, donna au match une teinte un peu trompeuse au bout d'un quart d'heure.

De l'envie

Pour Jocelyn Gourvennec, les difficultés de ses hommes à assumer la conduite du jeu, cette tendance à trop vite perdre le ballon était logique. « Les joueurs ont fait le match que j'attendais d'eux avec de la cohésion sur le plan collectif, même s'il a eu des erreurs », glissa-t-il. « Je voulais qu'ils montrent beaucoup d'envie. Quand c'est le cas, vous savez que vous allez rater des choses. Je voulais qu'ils jouent, quitte à rater. C'est ce qu'il s'est passé. Mais à l'arrivée, on a quand même marqué trois buts. »
Quelque part, le score l'arrange, pour ce qu'il propose comme leçons à ces élèves qu'il dirige, qui auraient pu trop vite se voir trop beaux avec un cinglant 3-0 en poche. « Si les joueurs pensaient qu'ils allaient pouvoir s'enflammer pour cette victoire assez large, de voir qu'on est passé de 3-0 à 3-2 est le rappel qu'un match n'est jamais terminé. » Mais le contrat est rempli. « On gagne avec des imperfections, mais sur un premier match, c'est inévitable. »
Jérémy Ménez, entre en jeu casqué à la 72e minute
L’attaquant Jérémy Ménez, qui a fait son grand retour en L1 avec Bordeaux, espère retrouver ses sensations, après avoir joué les 18 dernières minutes du match casqué à la manière de Petr Cech après sa coupure à l’oreille survenue il y a dix jours.
Ces quelques minutes disputées doivent vous faire plaisir...
Jérémy Ménez. Oui, cela fait du bien surtout que pendant la préparation, je n’ai joué que 60 minutes et c’était contre Bordeaux (avec Milan) donc ce n’est pas évident de retrouver le groupe mais cela fait du bien. Il faut bosser, il faut que je retrouve mes sensations et cela va revenir tout doucement.
Du banc, vous avez vu de bonnes choses de la part de votre nouvelle équipe ?
Il n’y a pas que du banc. Quand je suis arrivé, j’ai trouvé un bon groupe, qui joue bien, avec beaucoup de qualités et surtout avec une bonne humeur. Ça, c’est important, je l’avais déjà dit. Ce n’est qu’un premier match, il y a encore beaucoup de choses à travailler mais il y a des points positifs ce soir. C’est toujours bien de commencer par une victoire, surtout contre Saint-Étienne. C’est une belle équipe qui joue ensemble depuis longtemps, elle a eu des matches officiels avant nous, ce n’était pas évident. On a su bien gérer le match, on s’est fait un peu peur sur la fin mais le principal, c’était les trois points.
Des attaquants qui marquent, c’est bon pour la confiance du groupe ?
C’est bien, c’est leur rôle. Dans une équipe, tout le monde peut marquer mais le principal, c’est de gagner. Ce soir, il faut féliciter l’équipe, cela va donner un peu plus de confiance après une année difficile. La fin de match résume bien la saison dernière où il y avait un peu de crainte, un peu de peur. Il faut continuer comme ça.

Article : sudouest.fr 


Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et St Étienne. 

video


Source : dailymotion.com

dimanche 29 mai 2016

Demi-Finale ProD2 : Aurillac 28 - 13 Stade Montois

Le Stade Montois n'a pu renverser Aurillac dans son antre
Les Montois s'inclinent logiquement à Aurillac, la marche était trop haute pour une équipe fatiguée !

Déficients en touche, en défense (2nd essai d'Aurillac) dans les rucks, dans le soutien, en touche, au pied (James 0/4), les Montois ne pouvaient pas l'emporter à Aurillac qui a joué un rugby appliqué et avec une grosse envie devant son public....
Les Montois ont pourtant répondu dans le jeu en première mi-temps en inscrivant deux beaux essais par Salawa et Tokula mais Aurillac n'a jamais eu le temps de trembler....
Menant 7 - 10, les Montois se sont fait passés devant au score suite à un essai de McPhee, l'arrière Aurillacois, qui a marqué sans trop de difficulté face à une défense peu agressive (14 - 10)....
Petitjean retrouve enfin son efficacité et après une pénalité (17-10), il inscrit un drop en fin de première période qui va s'avérer décisif (20-10) .
En seconde période, Montois et Aurillacois se neutralisent, en inscrivant une pénalité chacun ( 23- 13 )....
Le tournant du match est peut-être cette pénalité non tentée par les Montois qui auraient pu revenir à 7 points, et qui ont préféré faire une pénal-touche, perdue dans la foulée.
C'est sur ce genre de détail que l'on perd un match et le Stade Montois a pêché dans beaucoup trop de détails !!!!!
L'essai litigieux en fin de rencontre pour les locaux est anecdotique, le score était déjà acquis depuis bien longtemps (28 - 13)....
Les Montois en manque de souffle à cause d'un turn-over pas assez efficient lors des dernières rencontres ( les mêmes secondes lignes et troisièmes lignes depuis 3 matches... ) ont payé leurs efforts.
Il faut quand même féliciter l'équipe qui a su se hisser en phases finales après un début de saison manqué suite à une série de matches sans défaite impressionnant ( 10 ).... 
La saison prochaine, il y aura des changements dans l'effectif avec des cadres et d'autres qui partent, ou qui prennent leur retraite....
Espérons que cette fois, ils commenceront la saison de la meilleure des manières pour ne pas regretter à la fin, des points qui leur manquent pour recevoir à domicile en cas de phases finales.....
Ah, oui.... et espérons enfin un véritable buteur !!!!!!

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Aurillac a fait respecter la hiérarchie en se qualifiant samedi sur son terrain pour la finale de ProD2 en vue de l'accession en Top 14, en s'imposant aux dépens de Mont-de-Marsan (28-13) au terme d'une d'une demi-finale très animée.
Le Stade aurillacois, qui affrontera dans une semaine à Toulouse le vainqueur de l'autre demi-finale opposant dimanche Bayonne à Colomiers, s'était classé 3e de la saison régulière à l'issue d'un parcours continu et sa qualification récompense également un travail cohérent depuis plusieurs saisons.

La panne de réussite de James

 

De son côté, Mont-de-Marsan, finaliste malheureux il y a un an face à Agen, a terminé au 4e rang et peut regretter un mauvais début de championnat.
L'équipe landaise, malgré une belle fin de saison avec une série de dix matches sans défaite, a traîné comme un boulet son mauvais début de championnat, ne parvenant à combler son retard sur la formation du Cantal qui a finalement tiré bénéfice de l'avantage du terrain.
L'essai d'Adrien Pélissié (73), à la conclusion d'un long travail collectif à proximité de la ligne d'en-but, a permis à Aurillac de mener 28-13 et d'assurer son succès.
Deux essais de Latuka Maituku (20) et Jack McPhee (33) avaient permis aux locaux de prendre l'avantage à la mi-temps (20-10).
La charnière aurillacoise composée de l'ouvreur Maxime Petitjean, qui a transformé deux essais, passé deux pénalités et un drop, et du demi de mêlée Paul Boisset, excellent animateur du jeu, a été déterminante.
De son côté, Mont-de-Marsan, qui a inscrit deux essais de Vilikisa Salawa (25) et Save Tokula (28), peut regretter la faillite de son buteur Matthew James (0/4 au pied).

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre Aurillac et le Stade Montois.


video

Source : dailymotion.com
 

30ème Journée : Bayonne 23 - 17 Stade Montois

La blessure sérieuse de Ropate Ratu est le point noir de la journée pour les Montois, qui ont rendez-vous à Aurillac samedi (18 heures) pour la demi-finale.
Les Montois n'ont pas réussi la passe de onze et se déplaceront à Aurillac pour la demie..... 

Dernière journée de ProD2 et du suspens à tous les étages. D'un côté des Dacquois et des Provençaux luttant pour le maintient et à l'opposé, une lutte pour connaître les rencontres pour les 1/2 finales entre 6 clubs.

Le Stade montois, 3ème à la fin de la 29ème journée, devait s'imposer à Bayonne pour avoir la chance de recevoir la 1/2 finale à domicile. A l'issu de la rencontre entre Basques et Landais, ce sont les anciens pensionnaires du Top14 qui s'imposent sur le score de 23 - 17.
En 1ère période, les Montois marquent dès la 5ème minutes sur un très bel essai en contre de Salawa (ruck perdu par les Bayonnais). Mais les locaux réagissent assez rapidement et commencent peu à peu à prendre le dessus sur la mêlée et la touche montoise. Les nombreux déchets en touche des Landais feront que Bayonne marque un essai sur une pénal'touche et commencent à s'installer dans le camps montois. Vers la 1/2heure de jeu, le dauphin de cette ProD2 plante un essai sur une percée de Poki, les Montois n'arrivant pas à arrêter le buldozer Fidgien. Dommage. Sur les nombreuses pénalités concédés par les Montois et le carton jaune infligé à Hugues, Montois et Bayonnais regagnent les vestiaires sur le score de 20 - 10 pour les locaux. Logique tellement les avants Bayonnais ont été meilleurs et la touche montoise défaillante.

En 2nde période, les Montois reviennent sur le terrain avec de meilleures intentions. Très vite, la 1ère ligne est remplacée et les entrées de Muzzio, Caudullo et Ormaechea feront un bien fou au pack montois. Les Montois s'installent dans le camps Bayonnais et cela durera bien 30minutes (car oui, les Bayonnais sont arrivés 1 ou 2 fois chez les montois et arriveront à marquer 1 pénalité sur une faute de S. Ormaechea dans un ruck).
Vers la 60ème minutes, le match se relance par un essai de Tutaia grâce à une relance de 40 mètres depuis ses 20 mètres de Taulanga ! Un très bel essai pour nos abeilles qui reviennent à 3 points de Bayonne. Après la pénalité infligée aux Montois, il ne reste plus que 10mintutes aux montois pour inverser le score. Malheureusement, sur les derniers instant et après un incursions d'Otazo dans les 5mètres, ce dernier lâche le ballon en avant sur un tampon Bayonnais. Rageant car il y avait largement la place de s'imposer à Bayonne.

Devant 12 000 spectateurs, Bayonnais et Montois auront animé cette rencontre de la plus belle des manières. Les Montois iront donc à Aurillac en 1/2 finale (qui s'est imposé à domicile contre Biarritz) samedi prochain.
Que penser de cette qualification ? Tout simplement cette qualification est plutôt inespérée surtout quand on sait que les Montois était encore 11ème en fin Février. Mais cette formidable série de 9 victoires, 1 nuls et 1 défaite a permis au Montois d'atteindre son objectif de début de saison et qui n'était qu'un rêve en fin Février. Et rien que pour cela, ne devons féliciter les joueurs qui ont réagi au bon moment et ont fait taire les plus pessimistes dont je faisais partie.

Bravo et rendez-vous samedi 18h au Stade Jean-Alric !!

Phoenix


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et Clément Otazo, alors que la sirène venait de retentir dans un Jean-Dauger retenant son souffle, finit par lâcher le ballon à quelques mètres de la ligne bayonnaise… Fin du match, et des espoirs un peu fous des Montois d'arracher un neuvième succès consécutif, qui leur aurait permis de jouer une demi-finale à domicile.
« On y a cru sur la fin, admet Julien Cabannes. En plus, on était en communication avec les entraîneurs, qui nous disaient qu'il nous fallait viser la victoire, et pas seulement le bonus défensif. On a joué la victoire jusqu'au bout et on n'était pas loin de marquer. C'est dommage mais on n'a pas non plus dominé les débats », admet l'ailier montois.
Face à des Bayonnais évoluant bien, comme Lyon, un ton au-dessus des autres équipes de Pro D2, les Montois ont trop souffert en conquête (lire par ailleurs) pour nourrir des regrets après leur défaite (23-17). Leur quatrième place finale est finalement assez logique, même si le scénario de la journée d'hier aurait pu leur être plus favorable.
En menant au score pendant un quart d'heure jusqu'à l'essai de Du Plessis (7-7), puis en profitant des difficultés d'Aurillac à se défaire de Biarritz, les jaune et noir ont passé une partie de l'après-midi à la troisième place. Fidèle à sa réputation d'éternel insatisfait, Christophe Laussucq avait donc un petit goût amer dans la bouche au moment de commenter cette première défaite montoise depuis trois mois (à Tarbes, 33-13 le 19 février).
« On est heureux d'être qualifiés mais déçus parce qu'on y a cru longtemps pendant le match et jusqu'au bout. J'accuse un peu le coup, parce qu'on a vu de près cette demi-finale à Mont-de-Marsan », souffle le coentraîneur montois.

Cinquième demie depuis 2008

Il s'en est fallu de peu sur la fin en effet, mais pour ses troupes, l'essentiel était tout de même d'avoir validé une nouvelle participation aux phases finales, la cinquième depuis 2008. Peut-être la plus savoureuse, tant les Montois ont longtemps semblé avoir du mal à digérer leur finale perdue contre Agen l'an dernier, comme l'a illustré cette terrible série de dix défaites de rang à l'extérieur avant le nul à Colomiers début mars.
« Le coach est un gros compétiteur, je comprends qu'il soit déçu, mais bon, on revient quand même de loin, on était au fond du trou après ce match de Tarbes, rappelle Ximun Lucu. Vu la physionomie de la saison, on est quand même contents de revivre une semaine entre nous et d'aller chercher une demi-finale à Aurillac, ce n'était pas donné », savoure l'arrière montois, bien décidé à positiver. « Il y a beaucoup de clubs qui ont le même budget que nous, et qui n'ont pas la chance de jouer des demi-finales de Pro D2. En faire chaque année, c'est quand même très bien. »
Et même si la défaite d'hier va obliger les Montois à réaliser un exploit à Aurillac samedi pour franchir une marche de plus, elle pourrait au fond être bénéfique, comme le souligne Julien Tastet : « Elle va nous obliger à nous remettre en question, et on sera dans la peau de l'outsider à Aurillac, le statut qui nous convient le mieux. »

Article : sudouest.fr

Résumé du match en images de la rencontre entre Bayonne et le Stade Montois.

video

Source : dailymotion.com

mardi 17 mai 2016

29ème Journée : Stade Montois 38 - 16 Aurillac

Auteur de deux essais, l’ouvreur a été une menace constante pour la défense adverse. 
Le Stade Montois n'a pas failli et remporte un match important face à concurrent direct...........


Mont-de-Marsan a fait le travail.
Devant leur public les jaune et noir ont emballé la rencontre avec des conditions climatiques qui arrangent pour jouer (36-18).
Avec un triplé du retrouvé et désormais indispensable, Salawa, et une équipe du Stade Montois avide d'espace, la victoire ne pouvait leur échapper.
Otazo, à la baguette de l'attaque Landaise a aussi fait un joli match en inscrivant un doublé.
Six essais à deux côté Aurillaquois.... Autant dire que l'après-midi a été prolifique niveau essais.....
Il faut encore un point qu'il faudra aller chercher à Bayonne pour être sûr d'accrocher une place de demi-finaliste.
Après, il faudra sortir les calculettes....
Les Montois ont un pied et demi en demi-finale mais il faudra jouer ce match à Bayonne comme si c'était un Quart de Finale.
Le public Montois sera au rendez-vous !!!!!


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En battant 36-18 et avec bonus offensif Aurillac ce dimanche, Mont-de-Marsan réalise une excellente opération face à un concurrent direct à la qualification. Les Landais, troisièmes du classement, dépassent leurs adversaires. Les six essais à deux de ce match, le bonus offensif, le jeu fait de prise de risques et la série en cours de 10 matches sans défaite continuent de faire de l'équipe de Laussucq et Auradou l'une des sensations du moment. 

Les Landais envoient un message à tous leurs concurrents

Tous les voyants sont au vert pour Mont-de-Marsan actuellement. Et très certainement au meilleur moment de la saison : celui de l’emballage final ! Après ce dernier succès bonifié 36-18 contre Aurillac (six essais à deux, dont un triplé de Salawa), les Landais continuent de démontrer qu’ils sont l’équipe en forme du moment. Ils enchaînent ainsi une dixième rencontre sans défaite.
En plus du capital confiance emmagasiné et du jeu debout fait de prise de risques payantes, les Montois font peur et envoient un message à tous leurs concurrents avant la prochaine et dernière journée de la phase régulière. A la lecture du classement, les finalistes malheureux de l’édition précédente ont de quoi rêver. Ils sont troisièmes et viennent de dépasser Aurillac. En l’état actuel des choses, ces jaune et noir qui ont tant souffert en début de saison recevraient en demi-finale. 

Les Montois peuvent tout perdre

Mais il y a une dernière journée à disputer. Et à Bayonne contre des voisins ennemis Basques qui voudront valider et préparer leur demie à domicile. Avec une défaite additionnée à des résultats défavorables des adversaires Aurillac, Colomiers, Perpignan et Béziers, les jaune et noir pourraient tout perdre sur le fil. Cela étant, être revenu de si loin, le tout avec un jeu solide et alerte, fait clairement des Landais un candidat sérieux à l’accession. Tout comme... Aurillac. Les Aurillacois vont devoir rapidement oublier cette fessée pour gagner largement contre Biarritz le weekend prochain et ne pas dilapider tous les acquis de la saison. 

Résumé : rugbyrama.fr 


Résumé en images de la rencontre entre  le Stade Montois et Aurillac.

video

Source : dailymotion.com



38ème Journée : Caen 1 - 0 Girondins de Bordeaux

Andy Delort, le buteur caennais, tente de s’infiltrer entre les deux Bordelais, Valentin Vada et Diego Rolan.
Bordeaux finit cette saison sur une mauvaise note en Normandie........ 

Malgré avoir tenu le ballon la plupart du temps, les Bordelais se sont heurtés à Vercoutre, le gardien de Caen, notamment.
Après avoir encaissé un but sur pénalty à la 14', Bordeaux n'a pas su réagir et finit cette saison bien terne sur une défaite anecdotique.
Bordeaux finit cette saison 9èmes ex-æquo, et 11èmes au goal-average (-7).
Une saison à oublier où Bordeaux a montré une irrégularité chronique (12 victoires, 14 nuls, 12 défaites) perdant face à des équipes jugées plus faibles et étant la seule équipe invaincue face à Paris.
Tous ces paradoxes font que Bordeaux finit dans le ventre mou du classement.
C'est certainement la fin d'un cycle où des joueurs comme Jussiê, Diabaté, Sané, Poko, Poundjé, Traoré.... qui sont depuis quelque temps au club, iront sûrement sous d'autres cieux.....
Il sera quand même nécessaire de recruter des joueurs de talent, et qui ont de l'expérience pour que Bordeaux puisse accrocher le haut du tableau la saison prochaine...........

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La petite histoire retiendra qu'Ulrich Ramé et ses adjoints Pierre Espanol et Mathieu Chalmé ont terminé leur intérim à la tête des Girondins… dans la tribune du stade d'Ornano de Caen. Expulsés sans en comprendre la raison, par Tony Chapron qui n'a pu s'empêcher de faire le show samedi soir en Normandie dans un match pourtant sans enjeu, ni grande agressivité. L'arbitre s'était déjà illustré plus tôt en accordant un pénalty litigieux à Andy Delort à la 15e minute, finalement décisif samedi soir, dans cette rencontre dans l'ensemble équilibrée.
Pour l'autre histoire, celle qui restera dans les annales de la Ligue 1, les Girondins ont fini la saison sur une défaite, la 12e de la saison pour autant de victoires. Elle les repousse à la 11e place avec 50 points, leur plus faible total depuis la saison 2004-2005 (44) quand ils avaient assuré le maintien à la toute dernière journée contre Marseille (3-3) avec Eric Bédouet et le regretté Dominique Dropsy à leur tête. Il faut remonter à cette même saison (15e) pour les voir figurer en deçà de la 7e place.
Il aurait fallu un concours de circonstance particulièrement favorable - gagner et que les trois autres devant perdent - pour accrocher une 7e place inespérée et qui aurait permis de limiter les dégâts financièrement (1).

Deux minutes décisives

Les autres résultats rapidement défavorables, les Girondins n'ont pas fini en roue libre mais il leur a manqué ce petit coup de rein, cette grinta propres aux matchs qui comptent vraiment. En première période, la rencontre a basculé en deux minutes, celles qui ont séparé la tête de Cheick Diabaté repoussée sur sa ligne par Jonathan Delaplace et le penalty, litigieux, accordé à Andy Delort (15e).
Pour le reste, les deux équipes ont fait jeu égal, dans un style différent. La possession du ballon pour Bordeaux (64 % à la pause), une équipe normande comme à son habitude bien regroupée devant sa défense et prête à exploser en contre. Avec des deux côtés, quand même des difficultés à entrer dans la surface adverse. Ce manque d'efficacité pesait surtout du côté des Bordelais qui avaient les occasions pour égaliser autour de la mi-temps (Plasil et surtout Rolan).
Dans une rencontre qui s'éteignait à petit feu, seulement réveillé par des coups de boutoir de Delaplace et surtout Delort, aussi incisif qu'à l'aller (1-4), il fallait le numéro ridicule de l'arbitre Tony Chapron pour réveiller le stade et susciter une montée en pression des Bordelais. En vain.
Après un grand « merci ! » étalé sur le tifo de la tribune de face à leur entrée sur le terrain, les Caennais recevaient l'ovation méritée de leur public au coup de sifflet final. Toujours dans la première partie du classement cette saison, ils terminent 7e, leur meilleure performance depuis 1992.
Les supporters bordelais ne peuvent pas en dire autant. Il était grand temps que cette année, débutée le 30 juillet par un tour de qualification à la Ligue Europa contre Larnaca s'achève (lire en page suivante).

(1) Les dirigeants bordelais ont budgétisé au pire la 7e place. La répartition des droits TV en fin de saison dépend en partie du classement.

Article : sudouest.fr


Conférence de presse après la rencontre entre Caen et Bordeaux. 

video

Source : dailymotion.com