Présentation du site

Ce blog a pour but de réunir les supporters du Football Club des Girondins de Bordeaux et ceux du Stade Montois Rugby.
Deux clubs empreints d'un riche palmarès et d'une illustre histoire.
Le but est d'échanger sur les résultats et la vie des deux clubs à travers les articles, sondages et les podcasts pour lesquels vous pourrez donner votre avis et même participer.
Nous nous efforçons de faire au mieux et nous espérons que ce blog réussira à vous plaire.
Enfin, au delà de ces deux clubs, nous parlerons également de sport en général ( Podcasts, Résultats, Forum etc… ).
Pour optimiser le blog, préférez les navigateurs internet Google Chrome ou Mozilla.

Bonne visite.

Rappel

Palmarès FCGB :

□ D1 ou Ligue1 - 6 fois Champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999, 2009
□ D2 - 1 fois Champion : 1992.
□ Coupe de France - 4 fois vainqueur : 1941, 1986, 1987, 2013
□ Coupe de la Ligue - 3 fois vainqueur : 2002, 2007, 2009
□ Trophée des champions - 2 fois vainqueur : 2008, 2009

Palmarès SMR :

□ Championnat de France - 1 fois champion : 1963
□ Championnat de France de Pro D2 - 1 fois champion : 2002
□ Challenge Yves du Manoir ( ancienne coupe de France ) - 3 fois vainqueur : 1960, 1961 et 1962.


FORUM DU BLOG : http://forum.marine-et-jaune.xooit.fr/index.php
MARINE ET JAUNE SUR FACEBOOK : http://www.facebook.com/marineet.jaune

mardi 24 décembre 2013



L'équipe Marine et Jaune souhaite à tous les supporters du Stade Montois Rugby et du F.C Girondins de Bordeaux de bonne fêtes de fin d'année
Espérons que l'année 2014 apporte à nos deux clubs de meilleurs résultats que nous suivrons toujours avec joie et passion.

Amitiés sportives
Marine & Jaune

lundi 23 décembre 2013

15ème Journée : Dax 18 - 15 Stade Montois

Une première partie de championnat décevante...

Match hyper décevant auquel nous avons assisté cet après-midi à Dax,l'enjeu a pris la place sur le jeu ! Résultat, une défaite 18-15 chez notre meilleur ennemi Dacquois. La mêlée rouge et blanche a été meilleure que nous, et la pénalité pour faute sur une mêlée à la 77eme nous a été fatale.

Nous pouvons avoir  beaucoup de regret car il y avait la place de s'imposer si nous avions tenté quelque chose derrière... Mais cette seconde période a été très mauvaise de part et d'autre. Dommage !

Résultat, Montois et Dacquois sont à égalité de points à mi-parcours 31 points.

Bonne fête à tous

18ème Journée : OM 2 - 2 Bordeaux

Un gâchis !

Les Girondins, qui menaient 2-0 à l’heure de jeu, ont gâché en moins de deux minutes l’occasion de frapper un grand coup au Vélodrome et de consolider leur 4e place. Rageant !

Forcément, il y avait de la déception dans le vestiaire, reconnaissait Nicolas Maurice-Belay, auteur de son troisième but en quatre journées de Ligue 1. « On avait l’occasion de réussir quelque chose de beau, c’est vraiment dommage de ne pas en avoir profité. »
"À 2-0 à la 73e minute, on doit être capable de gérer mais si on prend le temps de la réflexion, on peut être satisfait de ce résultat, relativisait son président. C’est surtout le scénario qui est dommageable." Voilà pour le sentiment général, forcément mitigé, entre satisfaction d’avoir tenu tête à l’OM et frustration de ne pas avoir engrangé une cinquième victoire consécutive en championnat.

Mais avec ce Bordeaux-là, on le sait bien, c’est quand tout va bien, que tout commence à aller mal… Capable d’enquiquiner tout le monde quand il est totalement impliqué, il est parfaitement vulnérable dès lors qu’il dévie du plan de route.
Car jusque-là, tout allait bien, c’était même presque trop beau pour être vrai. L’OM comme prévu avait poussé fort dans la première demi-heure. En trompant Mandanda par Jussiê (34e) et Maurice-Belay (66e) sur leurs deux premiers tirs (sur… trois) du match, les attaquants avaient fait un festin de quelques miettes.

Malgré la sortie à la mi-temps de Jussiê, précieux dans son jeu en appui, ils pensaient avoir réussi le plus dur en marquant deux buts à l’extérieur
En battant Lille et en poussant Marseille au bord de la rupture, les Bordelais se sont prouvé qu’ils pouvaient se mêler à la lutte pour les belles places. Avec le retour des blessés (Orban, Diabaté, Sertic, Orban, Traoré) après la trêve, c’est la promesse d’une année 2014 bien plus excitante que ce qu’on aurait imaginé il y a à peine deux mois.

Bonnes vacances aux Gigi ainsi qu’à leurs supporters !

(meilleurs passages Sud-Ouest.fr)

mercredi 18 décembre 2013

14ème Journée : Mont-de-Marsan 12 - 12 Pau




Beaucoup de frustration côté Montois au coup de sifflet final de l’arbitre, et ce match nul n’arrange vraiment pas le club Jaune et Noir, toujours englué à une 9ème place de ProD2.

Les Montois, bien que dominés lors du 1er 1/4h de jeu, ont inversé la tendance grâce à un pack performant en phase de mêlée et agressif dans les rucks, à l’image d’un Yan Brethous, imperturbable plaqueur, et Haisini Taulanga, infatigable perceur de défense.

Benat Arrayet a très bien géré les temps forts et faibles de son équipe grâce à un très bon jeu au pied et un 100% en pénalité (3/3). A la mi-temps, les Montois menaient 12-6.
Au seconde acte, l’écart s’effondre sur une erreur d’arbitrage, concernant une touche Paloise qui aurait dû être sanctionnée (touche pas droite), l’action suivant amène une pénalité pour Pau suite à une grossière faute de Lewarawu, 9-12. Pau arrache une autre pénalité à 4minutes de la fin, encore une fois sur une décision arbitrale plus que contestable (un Montois empêchant une sortie de balle sur une phase de ruck).  Dans les ultimes instants de la rencontre, l’armada Jaune et Noire tente de belle percée et de belles attaques, l’arbitre oubliant de nombreux hors-jeu flagrant côté palois, non sifflés.

Au final, les Montois nourrissent beaucoup de regrets,  mais peuvent se consoler en se disant qu’ils ont pratiqué un beau rugby face au 2nd du championnat. Frustrant mais encourageant pour la suite ?! A confirmer dimanche 22 Décembre à 15h, chez notre meilleur ennemi et voisin Dacquois !

vendredi 13 décembre 2013

Stade Montois - Pau : La compo




Rencontre samedi soir O combien importante face au dauphin de ce championnat et ancien finaliste pour la montée en TOP14 il y a déjà 1an et demi, PAU !
Le manager Christophe Laussucq semble avoir trouvé son équipe type, bien que Dut et Dubié ne soient pas alignés pour des pépins physiques !

La compo du Stade Montois

Les avants :

1. Tevita MAILAU
2. Joan CAUDULLO
3. Sebastien ORMAECHEA
4. Vickus LIEBENBERG
5. Berend BOTHA
6. Julien TASTET (Cap)
7. Yann BRETHOUS
8. Haisini TAULANGA

Les arrières :

  9. Agustin ORMAECHEA
10. Beñat ARRAYET
11. Sionasa VUNISA
12. Sylvain MIRANDE
13. Iese LEOTA
14. Martin JAGR
15. Ximun LUCU

Les remplaçants :

16. Cyriel BLANCHARD
17. Julian FIORINI
18. Wame LEWARAVU 
19. Vassili BOST 
20. Arnaud PIC
21. Julien CABANNES
22. Jean Baptiste CLAVERIE
23. Adrien OLEON

Fin de parcours en Europe pour Bordeaux battu 1-0 à Tel-Aviv

                                                                                                             (sud-ouest.fr)

Les Girondins perdent leur dernier match d'UEFA Europa League cette saison (1-0). Avec une équipe inédite, les Bordelais ont livré un match courageux avant qu'un fait de jeu ne vienne troubler le cours de la rencontre. A la 74ème minute, Matthieu Chalmé est expulsé pour un deuxième avertissement entraînant un penalty. Zahavi ouvre le score. Bordeaux ne pourra pas revenir et quitte la compétition continentale en terminant dernier de son groupe.

Il faut tout donner pour le championnat à présent !

ALLEZ BORDEAUX !

Équipe Bordelaise alignée : Olimpa – Chalmé (cap), Planus, Bréchet, Poundjé – D’Almeida, Savic – Ben Khalfallah, Bellion, Sacko – Rolan

jeudi 12 décembre 2013

17ème Journée : Bordeaux 1 - 0 Lille


Un Bordeaux renversant !

Nos Marine et Blanc réalisent la passe de trois ! Après Ajaccio et Guingamp, les Girondins enchaînent avec une victoire face au LOSC, dauphin de L1. Landry Nguemo, à la 27ème minute, donne un avantage préservé jusqu’à la fin. L’expulsion de Maxime Poundjé à l’heure de jeu n’a pas fait trembler ses partenaires. Cerise sur le gâteau dominical : les Girondins permettent à Gaëtan Huard de conserver son record d’invincibilité, obtenu lors de la saison 1992-93 sous les couleurs bordelaises.

Les Girondins s’imposent avec la manière. Belle soirée : ils remontent à la sixième place et ils ont conservé le record d’invincibilité de Gaëtan Huard. Bravo Bordeaux !

Rendez-vous dimanche à 14h00 où Bordeaux reçoit le 18ème Valenciennes. Attention, c'est ce genre de rencontre où Bordeaux passe à côté de son match !

13ème Journée : Albi 25 - 29 Mont-de-Marsan



 1ère victoire à l'extérieur ! (photo SCA Albi)

Les montois ont ENFIN décroché cette victoire à l'extérieur, et cela faisait 1an que tout le monde attendait cela !
Ça fait du bien dans la tête et pour le moral.

Les Montois ont fait preuve de beaucoup de courage, ont joué avec beaucoup de détermination, et ont terminé la rencontre sur les rotules, comme l'a souligné le manager Montois Christophe Laussucq : " J'ai vu les joueurs sur les rotules au coup de sifflets, c'est ça que je veux voir. Ils ont tout donné et ont été récompensés".


2 essais pour les montois, 19 points au pied pour PAD, une mêlée conquérante, des 3/4 bon en défense et constructifs en attaque ! Voilà la recette d'un succès tant espéré !


Réaction de Henri Broncan : « Je n’ai rien à dire contre l’arbitre, les fautes y étaient. Il pensait que nous étions inférieurs dans ce domaine là. Ce sont des fautes d’une équipe fébrile, d’une équipe qui est en fond de classement. Quand on est fébrile on fait des fautes en mêlée. C’est le métier du piler montois gauche qui met les avants albigeois à la faute. Ce n’est pas pour rien que Tevita Mailau est international Tongien. Les Montois ont des joueurs de top 14 , comme sa seconde ligne qui n’est pas n’importe qui. En plus on connaît les qualités de Pierre Alexandre Dut »

Maintenant, les Montois n'ont plus droit à l'erreur s'ils veulent espérer décrocher une place qualificative ! Les Montois sont 10ème avec 28 points, à 9 points de la 5ème place (Bourgoin).

jeudi 5 décembre 2013

16ème Journée : Guingamp 0 - 1 Girondins de Bordeaux



Bordeaux remonte au classement (7e), que se passe t-il ?!

Bordeaux a réalisé une très belle opération hier soir, en allant s'imposer chez le promu Guingamp 1 -0 , promu auteur d'un bon début de saison.
Un enchainement de 2 victoires consécutives permet aux Girondins de grimper à la 7ème place du championnat, à 3 point de la 4ème place, synonyme de Coupe d'Europe.

Julien Faubert est l'auteur du seul et unique but de la rencontre, avec une première réalisation sous le maillot bordelais depuis six ans ! Après une superbe ouverture de Sertic, l'ancien Madrilène frappe et trompe Ndy Assembé d'une frappe croisée du pied droit (0-1, 26e). Premier but de la saison pour Faubert et même premier but depuis près de ... six ans sous le maillot bordelais pour le natif du Havre.
Bordeaux, pourtant peu à l'aise en déplacement cette saison, entame parfaitement cette rencontre, gênant considérablement la formation de Jocelyn Gourvennec.Malheureusement, Bordeaux jouera à 10 après l’exclusion de Lucas Orban (2 cartons jaunes) en début de 2ère mi-temps, heureusement, sans conséquence pour la suite puisque Guingamp ne parvient pas à élever son niveau de jeu et à créer des décalages,malgré sa supériorité numérique. Seul Fauré, d'une frappe sur la barre, fera trembler Cédric Carrasso et Francis Gillot (78e).

 Pour la première fois de la saison, Bordeaux aligne deux victoires consécutives en championnat, juste avant de recevoir l'ogre lillois de l'invincible Enyeama lors de la prochaine journée au stade Chaban-Delmas.
Cela sera un exploit de s'imposer contre le 2ème du championnat, mais cette saison, avec Bordeaux, on peut s'attendre à tout, comme à rien !

ALLEZ LES GIRONDINS !

lundi 2 décembre 2013

15ème Journée : Girondins de Bordeaux 4 - 0 AC Ajaccio


                                                                                                 (photo icône sport)
Un Bordeaux gouleyant

Les Bordelais se sont baladés sur leur prés dimanche après-midi face à Ajaccio, à l'occasion de la 15e journée de Ligue 1 (4-0). Un succès qui permet aux Girondins de faire un bond au classement, puisqu'ils remontent provisoirement à la 8e place. 

On cherche toujours le fameux choc psychologique…
Dimanche, en dépit d’une véritable envie de bien faire et de bonnes choses dans le contenu, les Ajacciens se sont tirés une balle dans le pied en ne mettant pas les ingrédients nécessaires à leur sortie du vestiaire. Jussiê en première période (8e) et Sertic après la pause (50e) en ont profité pour mettre les Girondins sur la voie d’un succès presque obligatoire après leur sortie sans gloire de la Ligue Europa. Une victoire à laquelle Maurice-Belay (55e), qui n’avait plus marqué en Ligue 1 depuis un an et demi, et Jussiê, encore lui (68e), ont donné plus d’ampleur.

Faut-il donc que les Girondins soient piqués dans leur orgueil pour qu’ils signent de belles victoires ?

12ème Journée : Stade Montois 21 - 15 Tarbes



Finalement, la bronca n'aura pas eu lieu samedi soir, les supporters ont en partie félicité les joueurs, certainement soulagés de l'issu de la rencontre !
Car après le traumatisme qu'a subi l'équipe à Aurillac, l'enjeu a pris la place sur le jeu. Mais les Montois devaient réagir pour avant tout se rassurer, et tenter de se réconcilier avec son public, surtout après les nombreuses critiques qu'ils ont subi par les supporters (après la déculotté du week-end d'avant 42-12).

Incapable de franchir la ligne adverse, les Montois se sont imposés chez eux 21-15 grâce à la botte de Pierre Alexandre DUT, plutôt en forme (6/7 pénalités, 1 drop). C’est un travail d’équipe, finalement, qui a permis aux Landais de retrouver le chemin du succès. 

A la fin de la rencontre, les joueurs étaient soulagés, les spectateurs également mais pas rassurés pour autant.
Le Stade Montois est encore convalescent, il devra confirmer son regain de forme hors de ses bases. Et là, c'est pas gagné ! Prochaine rencontre dimanche 8 Décembre 2013 à 15h00 à Albi

--------------------------------------

Sud-Ouest.fr

Après la déculottée magistrale reçue à Aurillac il y a une semaine (42-12), les Montois avaient l’obligation de réagir afin d'éviter de sombrer en pleine crise. Mission accomplie. Hier soir, le Stade a assuré l’essentiel en s’imposant face à Tarbes (21-15).

Ce succès, les jaune et noir le doivent à leur engagement. Et rien d’autre. Critiqués pour leur manque d’implication, d’envie et de solidarité à Aurillac - « une prestation indigne », selon Christophe Laussucq - les Montois ont cette fois prouvé qu’ils n’avaient pas laissé leur âme guerrière sur les pelouses de Top 14.
« On est heureux », lâchait ainsi dans un sourire qu’on ne lui avait plus vu depuis quelques semaines Pierre-Alexandre Dut, auteur de la totalité des points des siens. « Çà fait du bien, continuait ensuite l’ouvreur. On a remis les choses dans l’ordre. On a mis énormément d’implication. C’est ce qu’il faut pour gagner un match de rugby. C’est très positif, mais il ne faut pas que ce soit simplement un sursaut d’orgueil. » Même son de cloche du côté de l’entraîneur landais, Christophe Laussucq. « Rien n’est fini, lance-t-il ainsi d’emblée. On n’est champion de rien. Et j’espère que les joueurs continueront d’avoir la même frustration que celle que je ressens. Elle ne sera pas apaisée avec une seule victoire. Il faudra du temps pour cela. On ne peut pas être satisfait pour le moment. Ce n’est qu’un début de réaction. »

Tout l’enjeu sera désormais pour le Stade Montois de réussir à conserver ce « minimum syndical », pour reprendre les termes de l’ancien Parisien, en termes de détermination. Car s’il s’est donné de l’air au classement en revenant à égalité de Tarbes, 9e, Mont-de-Marsan est loin d’être sorti d’affaire. Voilà pourquoi l’entraîneur exhorte les siens à garder le niveau d’exigence qu’ils ont eu hier. « L’état d’esprit que les joueurs ont eu la semaine dernière et au coup d’envoi, c’est la base de ce sport. » Des basiques qui seront d’ailleurs sérieusement mis à l’épreuve à Albi le week-end prochain.
Pour les grandes envolées en revanche, on repassera, les jaune et noir n’ayant pas eu la moindre occasion d’essai à se mettre sous la dent hier soir. « Mais on a concrétisé au pied, se défend le coach. S’ils ont été sanctionnés, c’est parce que nous les avons mis en danger. »

À défaut de voir ses favoris franchir la ligne, Guy-Boniface a pu en effet observé que Pierre-Alexandre Dut avait retrouvé toute sa précision dans l’exercice des tirs au but (6/7), ainsi que le sang-froid nécessaire pour ajuster le drop décisif en toute fin de rencontre. Hier soir, l’ouvreur a impeccablement validé l’abnégation des Montois. C’est un travail d’équipe, finalement, qui a permis aux Landais de retrouver le chemin du succès. En attendant des jours meilleurs.

vendredi 29 novembre 2013

Stade Montois - Tarbes : La compo


Victoire impérative pour les Jaune et Noir sans quoi, le club pourrait tomber dans une crise...
Les joueurs devront montrer autre chose, mais devront avant tout se rassurer en assurant les points de le début, dès qu'ils en auront l'occasion.
Tarbes est une belle équipe de ProD2, actuellement 9ème avec 23 points.
Une victoire des Montois permettrait de leur passer devant (s'ils n'accrochent pas le bonus défensif)
Coup d'envoi à 18h30.

ALLEZ LES JAUNES !!!!!!!!!!!!

La compo du Stade Montois

Les avants :
1. Tévita MAILAU
2. Cyriel BLANCHARD
3. Sébastien ORMAECHEA
4. Vickus LIEBENBERG
5. Berend BOTHA
6. Julien TASTET
7. Yann BRETHOUS
8. Haisini TAULANGA 

Les arrières :
 9. Sébastien ORMAECHEA
10. Pierre Alexandre DUT
11. Sionasa VUNISA
12. Iese LEOTA
13. Sylvain MIRANDE
14. Martin JAGR
15. Ximun LUCU

Les remplaçants :
16. Joan CAUDULLO
17. Julian FIORINI
18. Wame LEWARAVU
19. Vassili BOST
20. Beñat ARRAYET
21. Jean-Baptiste DUBIE
22. Alexandre RICAUD
23. Adrien OLEON

Clap de fin pour Bordeaux battu 0 - 1 contre Francfort




Bordeaux éliminé de l'Europa Ligue

Les Girondins de Bordeaux sont officiellement éliminés de la Ligue Europa. Les Bordelais ont été battus jeudi soir par l'Eintracht Francfort à l'occasion de la 5e journée de phase de poules (0-1). Les hommes de Francis Gillot ont pourtant beaucoup tenté mais ont fait preuve de trop gros manques d'efficacité et d'inspiration. 

Le stade Chaban-Delmas a explosé de joie aux coups de sifflet final de Monsieur Alberto Undiano Mallenco... Mais ces cris n'étaient pas destinés aux Bordelais mais bien aux joueurs de l'Eintracht Francfort. Venus en masse soutenir leur équipe (13 000), les supporters allemands ont pu assister à la victoire des leurs (0-1), mais également à la nouvelle gifle reçue par les hommes de Francis Gillot. Défaits pour la quatrième fois en cinq matchs, les Girondins quittent cette campagne de Ligue Europa la tête basse.
Pourtant, ils étaient persuadés qu'ils pouvaient réussir l'exploit. Obligés de remporter leurs deux derniers matchs pour conserver un mince espoir de se qualifier pour les 16e de finale de Ligue Europa, les Bordelais n'ont donc même pas été en mesure de passer le premier obstacle. Battus jeudi soir au stade Chaban-Delmas, les coéquipiers d'Henri Saivet ont tenté d’emballer la rencontre. Au moins en deuxième période.

Bordeaux monte d’un cran en 2ème mi-temps, contraint et forcé face à des Allemands très timides. La rencontre se transforme alors en atelier d’entraînements de centres (pour la plupart manqués) et de frappes (16 dont 6 cadrées). On retiendra notamment un missile de Faubert (52e) dévié par le prometteur Trapp (22 ans), un retourné acrobatique à l’entrée de la surface de Saivet (56e) contré par Trapp, une multitude de tirs de loin écrasés ou la tête au-dessus de Faubert (77e).

Entré à la place d’un leader de l’entrejeu, Sébastian Rode, vite averti, Martin Lanig poignarde les Girondins en reprenant devant le but un centre de Tranquillo Barnetta au milieu d’une défense attentiste (82e, 1-0). Rangez tout, Bordeaux n’ira pas plus loin.

La prise de conscience sera, espérons-le, salutaire, d’autant que le club au scapulaire ne jouera la sixième journée à Tel Aviv que pour tenter d’éviter la dernière place du groupe en passant Nicosie.

11ème Journée : Aurillac 42 - 12 Stade Montois

Nouvelle prestation indigente des Montois, menés 42 à 0 à la 75e minute de jeu, dimanche après-midi. La réaction de fin de match ne fait guère illusion (42-12 au final) 

                 Les Montois glissent dangereusement vers le fond du classement.

Les Montois glissent dangereusement vers le fond du classement. (Photo archives Loïc Dequier)


Celle-là, elle fait mal. Le Stade Montois s’est pris les pieds dans le tapis cantalien, dimanche, au point de plonger la tête la première vers une sévère correction que sa fin de match ne parvient même pas à rendre moins morose. Les Landais ont notamment concédé cinq essais et seulement répondu par deux réalisations très tardives après avoir reçu une leçon d’efficacité et de défense aussi.
Car les hommes de Laussucq ont disposé des munitions pour s’éviter une telle issue. Mais soit ils sont tombés sur une défense cantalienne longtemps irréprochable, soit ils se sont montrés incapables d’assurer une bonne conservation du ballon. Un peu perdus sur leurs lancements, ils ont rendu trop de ballons pour pouvoir espérer mieux. Les Cantaliens, eux, n’ont pas lésiné sur les moyens pour se remettre la tête à l’endroit et enfoncer un peu plus celle des Landais dans le gouffre de leurs absences. Des Cantaliens prompts au démarrage, impressionnants pour concrétiser leurs temps forts. Les hommes de Jérémy Davidson et Thierry Peuchlestrade savaient où ils voulaient aller et comment y aller.
Les Montois ont payé pour le savoir en baissant pavillon dans une épreuve de force longtemps à sens unique, à l’image d’une défense qui aura étouffé les tentatives montoises dans un combat remporté haut la main.
En à peine plus d’un quart d’heure, les coéquipiers de Kemp avaient virtuellement le bonus offensif en poche après les essais de Mc Phee (24e seconde), Petitjean et Valentin (22-0).

Situation bien compromise

Après deux pénalités de l’ouvreur local (28-0) durant le carton jaune de Leota, le début du second acte n’aura pas permis aux visiteurs de rétablir une situation déjà bien compromise. Ils ont pourtant évolué à deux de plus durant sept minutes, après les cartons de Brady (43e) et Tokotuu (47e), mais sans jamais réussir à marquer.
Et dès que les Landais ont repris la pression des Cantaliens, ils ont à nouveau cédé comme sur ce lancer en touche perdu à 5 mètres de l’en but et converti en essai par Brady (59e), avant de concéder un essai de pénalité après une mêlée montoise finissant sur le toit (42-0, à la 72e).
À huit minutes du terminus, le degré de vigilance des locaux a sûrement baissé, tout comme les repères collectifs d’un fond de terrain totalement remodelé par les blessures.
Faut-il y voir une relation de cause à effet, mais les cinq dernières minutes auront été landaises. Leota (75e) puis Jagr (78e) ont enfin trouvé la faille pour une vaine réduction de l’écart (42-12).

dimanche 24 novembre 2013

14ème Journée : Rennes 1 - 1 Girondins de Bordeaux




Bordeaux, encore et toujours un nul...

Les deux formations ont mis beaucoup d’intensité ce soir au Stade de la Route de Lorient. Les Rouge et Noir ont ouvert le score à la 62ème minute par Kana Biyik. Cheick Diabaté leur répond une minute plus tard en trompant le gardien rennais. En fin de match, les Bretons ont poussé mais la défense bordelaise et Cédric Carrasso n’ont pas craqué. 

Pas de vainqueur samedi soir à la Route de Lorient, entre le Stade Rennais et les Girondins de Bordeaux, à l'occasion de la 14e journée de Ligue 1 (1-1). Un résultat nul qui n'arrange aucune des deux équipes qui continue de stagner en milieu de tableau. Romain Alessandrini est sorti sur blessure.
Tous les deux ambitieux en début de saison, le Stade Rennais et les Girondins de Bordeaux ont démontré une nouvelle fois samedi soir que le chemin était encore long pour pouvoir espérer à une place européenne en fin de saison. Si les Bordelais se sont contentés de défendre et d'essayer de partir en contre, les Rennais, eux, ont livré une prestation qui a symbolisé leurs maux du moment.
Plus entreprenants, Rennes a cependant attaqué de manière beaucoup trop stérile et n'a même pas réussi à mettre en danger Cédric Carrasso pendant la première heure de jeu. Il a fallu attendre un cafouillage à la suite d'un coup de pied arrêté, et une tête de Kana-Biyik pour tromper la vigilance du gardien (63e).

"Il faut être plus vigilant"selon les Rennais

Un avantage que les Bretons ont conservé moins d’une minute. Sur la remise en jeu, Cheick Diabaté, alerté par N'guemo dans la profondeur, a enchaîné contrôle-frappe dans la surface pour doucher l’enthousiasme local et remettre les équipes à égalité (1-1).
Alessandrini a d'ailleurs bien cru offrir la victoire aux siens à un quart d'heure de la fin, mais sa reprise de volée écrasée n'a pas trompé la vigilance de Carrasso qui a suffisamment effleuré le ballon pour l'empêcher de se loger dans sa lucarne (75e). Hunou juste quelques instants après n'a pas eu plus de réussite.

Au final, les deux formations se quittent sur un nul logique qui n’arrange personne, et voient leur rêve d'Europe en fin de saison s'envoler un peu plus.

Aurillac - Stade Montois : La compo


Déplacement très compliqué pour le Stade Montois dans les terres Cantaliennes, à Aurillac.
Le temps ne sera pas de la partie, la neige risque de s'inviter sur le terrain.
La victoire sera très compliquée et ramener un point sera une sorte d'exploit.

Coup d'envoi à 15h05, match retransmis sur FR3 et Sport+.

ALLEZ LES JAUNES !!!!!!!!!!!!

La compo du Stade Montois

Les avants :
1. Julian FIORINI
2. Joan CAUDULLO
3. Adrien OLEON
4. Mark FLANAGAN
5. Berend BOTHA
6. Bogdan LEONTE
7. Yann BRETHOUS
8. Haisini TAULANGA 

Les arrières :
 9. Arnaud PIC
10. Beñat ARRAYET
11. Sionasa VUNISA
12. Iese LEOTA
13. Jean-Baptiste DUBIE
14. Yohan DURQUET
15. Ximun LUCU

Les remplaçants :
16. Cyriel BLANCHARD
17. Pierre CORREIA
18. Sébastien ORMAECHEA
19. Aldric LESCURE
20. Vickus LIEBENBERG
21. Pierre-Alexandre DUT
22. Martin JAGR
23. Augustin ORMAECHEA

mardi 12 novembre 2013

Après-match : Bordeaux - Nantes



Conférence de presse après le match entre Bordeaux et Nantes.

Source : dailymotion.com

Bordeaux - Nantes : Le résumé en images


Résumé en images du match entre Bordeaux et Nantes.

Source : l’Équipe.fr

dimanche 10 novembre 2013

13ème Journée : Girondins de Bordeaux 0 - 3 Nantes

 La détresse de Nicolas Maurice-Belay, inefficace devant à l'image de l'attaque bordelaise
 Bordeaux a pris une leçon de réalisme par Nantes......

Serge, le lama, n'a pas porté chance aux Bordelais.
Bien que dominateurs, les Girondins, encore une fois en manque de réalisme, se sont faits corriger par une équipe de Nantes, sans génie, mais horriblement réaliste, elle...
Trois actions, pour trois buts pour les Nantais.
Une réussite presque insolente.
Bordeaux par l'intermédiaire de Diabaté, en mode M. Hyde, c'est à dire, le joueur des mauvais jours, a vendangé nombres d'occasions franches.
Mais la défense aussi a été encore très faible, et s'est montrée immobile sur deux buts....
Bordeaux est capable du meilleur mais aussi du pire....
Et le pire a été vu cet après-midi où les Bordelais ont été incapables de réagir face à Nantes.
Nantes qui est l'une des surprises du championnat mais fera-t-elle illusion encore longtemps ?
Quant à Bordeaux, après une coupe d'Europe manquée, son irrégularité la condamne à végéter dans le ventre mou du championnat.
Espérons simplement du changement lors du prochain mercato, ne serait-ce que pour renforcer l'attaque et la défense !!!!!! Un vaste chantier............

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"On est chez nous, on est chez nous". Les supporters nantais ne s'y sont pas trompés : Chaban-Delmas est tombé, dimanche après-midi, et dans des proportions inattendues. Les Girondins ont été corrigés par leur voisin nantais (3-0), et cette troisième défaite de la saison à domicile les empêche de réaliser la bonne opération du week-end au classement. Un succès les aurait menés à la hauteur des Canaris ; ce revers les scotche au contraire dans le ventre mou (12e)
Le succès à Nice, lors de la journée précédente, avait été acquis au bénéfice de leur efficacité offensive et de leur solidité retrouvée. Ces deux qualités sont visiblement restées à l'Allianz Riviera, puisqu'elles ont manqué à Nicosie jeudi puis dimanche à Chaban.

En première période, les occasions n'ont pas manqué, surtout pour Cheick Diabaté. Le Malien, qui revenait de blessure, a eu l'occasion d'ouvrir le score à quatre reprises, mais échoua soit par la faute de Riou (20e, 40e), soit à cause de la main de Vizcarando (32e), soit parce qu'il a trop tergiversé (21e). Obraniak, lui, avait vu sa tête mourir sur le poteau (18e).
Enthousiasmant, joueur, mais aussi maladroit et gâcheur, Bordeaux se fit punir juste avant la pause : un centre venu de la droite, dévié à deux reprises, parvint jusqu'à Bessat, qui profita du non-marquage de Mariano pour fusiller Carrasso (41e, 0-1).
Toujours porté vers l'avant au retour des vestiaires, Bordeaux mit son deuxième genou à terre à l'heure de jeu. Sur un coup-franc, sa défense laissa deux nantais absolument seuls au deuxième poteau et Gilobodji tacla le ballon dans le but sans opposition (61e, 0-2). Bis repetita quelques instants plus tard, cette fois depuis le côté gauche : un centre, Bedoya oublié, une frappe mal bloquée par Carrasso, et Djordevic abandonné par Planus qui marque de près (65e, 0-3).
Effarants de passivité en défense, les Girondins n'ont pourtant pas démérité devant, mais ni Obraniak (67e), ni Sané (70e), ni Saivet dont la frappe fut repoussée sur sa ligne par Djiloboji (85e) ne parvinrent à trouver la faille.

Article : sudouest.fr

10ème Journée : Stade Montois 11 - 11 Béziers

Julien Cabannes et les trois-quarts montois n’ont jamais réussi à prendre à défaut la solide défense biterroise.
Le Stade Montois, devant son public, n'a pas pu faire la différence.....

Nul(s) !!!!!!!!!!
Ce qualificatif a évidemment un double sens !!!!!!!
Nul comme l'issue de ce match et nul aussi, comme la prestation médiocre des Montois, hier soir.
Depuis le début de saison, le Stade Montois n'a pas le niveau escompté pour atteindre l’objectif qui a été fixé.
Il faut revoir les ambitions bien à la baisse car les deux derniers matches auraient dû se solder par deux victoires.
A défaut de huit points, les Landais n'en ont glané que quatre !!!!!
Autant dire, que cela équivaut à une défaite et une victoire sans aucun bonus face à deux équipes jugées moyennes de ce championnat de  Pro D2.
Mont de Marsan a donc un niveau d'une équipe moyenne voire même moyen-faible.
On ne voit pas comment cette équipe pourrait s'imposer à l'extérieur cette saison car elle manque trop de maitrise pour pouvoir imposer son rugby.
Peu de points de satisfaction hier soir, à part, une fois n'est pas coutume, la mêlée !!!!! Tiens donc ?
Pour le reste, encore trop de fautes, de ballons perdus et d'approximations pour décrocher une équipe de Béziers qui a toujours été à la limite mais assez combattive pour rester toujours aux basques des Montois.
On attend toujours ce projet de jeu que les spectateurs ne sont pas encore parvenus à décrypter !!!!!
Le projet est simple.
Plus de vaillance, de discipline, de choses simples et surtout, retrouver le plaisir de jouer au rugby !!!!!
Car, en ce moment, vu de l'extérieur, nous avons l'impression que ce plaisir a disparu......

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Guy-Boniface a beau être fou d’amour pour les siens, sa patience connaît des limites. Fait assez rare pour qu’il soit noté, samedi soir, un petit vent de colère a fait irruption dans les travées du stade des jaune et noir. Rien de trop méchant évidemment, mais bien, ici et là, la marque d’un agacement, d’une incompréhension. Pourquoi les Montois n’arrivent-ils pas à imposer leur loi à leurs adversaires cette saison alors qu’ils ont tout pour y parvenir ?
Un sentiment de frustration renforcé par une rengaine lancinante. Celle d’une formation qui perd, comme à Bourg-en-Bresse, deux points dans les tout derniers instants de la rencontre alors que la victoire était à portée de main. Celle d’un groupe qui n’est plus maître dans sa propre demeure, également.

1 De l’envie mais pas de confiance
Crise de nerfs dans les tribunes, crise de confiance sur le terrain. L’indiscipline, récurrente depuis le début de saison, n’est en effet pas la seule responsable des difficultés montoises. Le Stade est dans le doute. Preuve que les plaies de la saison dernière ne sont sans doute pas encore guéries. Contre Béziers pourtant, l’envie était là, comme en témoigne la partie réalisée par les avants landais - pourtant souvent critiqués cette saison - dans le sillage d’un Haisini Taulanga indispensable.
Derrière en revanche, difficile de retenir autre chose de cette rencontre que la latéralité du jeu et l’incapacité montoise à avancer face à une défense biterroise jamais véritablement inquiétée. Le tout pour un « constat d’impuissance », comme le reconnaît Julien Cabannes, visiblement touché par cette contre-performance, à l’image de tout un club. « On n’a pas su transformer le jeu. On a un problème de liant entre les avants et les trois-quarts. On ne sait vraiment pas l’expliquer. On est rentré sur le terrain très motivé pourtant. On voulait vraiment finir ce bloc sur une bonne note. Malheureusement, on n’a pas pu offrir cela à nos supporteurs. » Une intense déception qui ne va pas contribuer à soigner les têtes. Seule une série de succès le peut.
 
2 Un problème d’intensité
Si Scott Murray stigmatisait, lui aussi, le manque de confiance et de chance des siens, il pointait également l’intensité insuffisante proposée par ses protégés. « Dans les dernières minutes (de la 70e à la 75e, NDLR), on a réussi à faire 11 ou 12 phases de jeu (qui ont amené la dernière pénalité de Dut, portant la marque à 11-8). C’est comme ça qu’on doit jouer tout le match. On a bien commencé, mais après dix minutes, on a l’impression qu’on s’est dit que c’était terminé… C’est 80 minutes qu’il faut disputer ainsi. » Le schéma avait d’ailleurs déjà été entrevu plusieurs fois cette saison. À Colomiers, à Carcassonne ou à Lyon, par exemple, ce n’est que lorsqu’il a eu le dos au mur que le Stade Montois, trop inconstant, a véritablement donné tout ce qu’il avait dans le ventre.
 
3 Bien la semaine mais pas le week-end
Un constat qui amène au même problème depuis le début du mois de septembre : l’incapacité des Montois à pleinement transposer le bon travail réalisé à la plaine des jeux sur les terrains de Pro D2. « Peut-être qu’on ne fait pas assez de ‘‘100 %’’ la semaine (c’est-à-dire des séances confectionnées avec des oppositions réalisées en conditions de match), réfléchit l’ancien international écossais. Cela engendre des risques de blessures, c’est certain, mais si on n’arrive pas à mettre d’intensité le week-end, cela ne sert à rien de s’entraîner. »
 
4 Un bilan « très mauvais »
Pas adepte de la langue de bois, Julien Cabannes l’a reconnu sans détour : le bilan des deux premiers blocs est « très mauvais ». « Il y a quelques années, on ne faisait pourtant pas de meilleurs matchs. Mais on arrivait à les gagner. C’est la différence entre les bonnes équipes et les moyennes. Mais on va tout faire pour passer dans la catégorie au dessus », finissait-il par promettre.
Tout en rappelant que le groupe n’avait « jamais parlé d’objectifs en termes de résultats » ni demandé à être étiqueté en tant que favori, Julien Tastet reconnaissait néanmoins que les performances du Stade sont encore « très loin » de celles d’une formation de haut de tableau. « Il faut se remobiliser, lançait donc le capitaine. Il reste 20 matchs. Le championnat est encore long. Il va falloir aller chercher des points à l’extérieur. »
Le Stade Montois s’améliore, c’est certain, mais ses progrès sont trop lents, insuffissants pour masquer ses fragilités. D’où la nécessité d’appuyer un grand coup sur l’accélérateur. Et ce dès Aurillac, dans quinze jours, en guise d’entame d’un bloc costaud qui se terminera par un derby landais qui risque bien de valoir son pesant d’or.

Article : sudouest.fr

samedi 9 novembre 2013

Stade Montois - Béziers : La compo

Logo de B�ziers                                    VS                                                                                             

Match à haut risque face à une équipe de Béziers qui avait bien commencé le championnat mais qui marque quelque peu le pas.
Les Biterrois voudront se relancer dans les Landes et ce qui augure un match très serré par rapport aux conditions climatiques.
Le Stade Montois devra se montrer intraitable en conquête et conquérant dans les zones de ruck.
Une victoire permettrait aux Montois de se détacher un peu plus de la zone de relégation et permettrait de se rapprocher un peu plus du TOP 5.
Coup d'envoi ce soir à 18h00.

ALLEZ LES JAUNES !!!!!!!!!!!!

La compo du Stade Montois

Les avants :
1. Julian FIORINI
2. Cyriel BLANCHARD
3. Sébastien ORMAECHEA
4. Mark FLANAGAN
5. Vickus LIEBENBERG
6. Julien TASTET (Cap)
7. Yann BRETHOUS
8. Haisini TAULANGA 

Les arrières :
 9. Beñat ARRAYET
10. Pierre-Alexandre DUT
11. Nicky PRICE
12. Sylvain MIRANDE
13. Iese LEOTA
14. Julien CABANNES
15. Jean-Baptiste CLAVERIE 

Les remplaçants :
16. Joan CAUDULLO
17. Pierre CORREIA
18. Vassili BOST
19. Aldric LESCURE
20. Arnaud PIC
21. Ximun LUCU
22. Yohann DURQUET
23. Adrien OLEON

Source : stademontoisrugby.fr

vendredi 8 novembre 2013

Ligue Europa (4ème Journée) : Apoel Nicosie 2 - 1 Girondins de Bordeaux

Nicolas Maurice-Belay et ses coéquipiers faisaient jeu égal avec les Chypriotes à la mi-temps
Bordeaux n'a pas su hausser son niveau pour s'imposer à Nicosie.....

Malgré quelques absences, Bordeaux était parti à Chypre avec quelques intentions.
Mais le scénario de la rencontre s'est mal déroulé.
Menés dès le premier 1/4 d'heure, les Girondins n'ont pas paniqué et sont revenus au score en fin de première mi-temps grâce à Sané.
Ce même Sané, qui en seconde période est coupable d'une belle bévue, qui a permis aux Chypriotes de prendre un avantage définitif.
Les Girondins, sans un bon Carasso, auraient pu avoir une note encore plus salée.
La qualification devient maintenant plus qu'hypothétique mais les Girondins avaient-ils vraiment l'intention d'aller loin dans cette compétition ? Rien n'est moins sûr.....

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bordeaux n'a pas réussi à confirmer son renouveau jeudi soir en Europa League à Nicosie, coupé dans son élan (2-1) par une équipe d'Apoel appliquée lors d'un match enlevé.
Cette contre-performance relègue Bordeaux en dernière place du groupe F, tandis que la victoire surprise du Maccabi Tel-Aviv face aux leaders de l'Eintracht Francfort (4-2) fait monter les enchères pour la 2e place qualificative.

L'entraîneur Francis Gillot avait prévenu que l'entame de match serait déterminante, et malgré une bonne maîtrise du ballon, les Bordelais se sont fait surprendre par une frappe magistrale du Chypriote Nektarios Alexandrou sur coup franc (1-0, 14e).
Remis en confiance par trois victoires de rang ces deux dernières semaines, les Bordelais n'ont cependant pas baissé les bras et leurs efforts ont été récompensés à la toute fin de la première période par une tête de Lamine Sané sur un corner tiré par Ludovic Obraniak (1-1, 45+2).
Le retour des vestiaires a été marqué par une altercation loin du ballon entre Nicolas Maurice-Belay et Mario Budimir. Le Bordelais, déjà averti, est sorti pour un 2e carton jaune tandis que l'attaquant de pointe croate a écopé d'un rouge direct (49).
Mais l'Apoel, repêché en Europa League par tirage au sort et lui aussi en quête de renouveau après un début de championnat calamiteux, a été le premier à réagir : lancé par un une-deux avec l'ancien Parisien Selim Benachour, le Portugais Nuno Morais a redonné l'avantage à son équipe et réveillé le stade.
Les occasions se sont ensuite succédé de part et d'autre, sans que les Bordelais ne trouvent la faille ou que les charges héroïques de Stathis Aloneftis, ovationné par le public, ne parviennent à faire évoluer le score.
Pour Bordeaux, l'heure est désormais à la préparation de la réception de Nantes dimanche en Ligue 1, pour laquelle l'équipe devrait retrouver ses défenseurs sud-américains Mariano, Henrique et Lucas Orban, ménagés jeudi.

Article : sudouest.fr

lundi 4 novembre 2013

Après-match : Nice - Bordeaux



Conférence de presse après la rencontre entre Nice et Bordeaux.

Source : dailymotion.com

Nice - Bordeaux : le résumé en image


Résumé en images du match entre Nice et Bordeaux.

Source : L’Équipe.fr

12ème Journée : Nice 1 - 2 Girondins de Bordeaux

Bordeaux relance sa saison ?

Bordeaux ne s'est plus imposé à l'extérieur depuis 9 mois, et c'était - déjà - contre Nice. Les Girondins s'imposent logiquement à Nice 1-2, dans le nouveau stade de l'Allianz-Rivieira, stade inviolé depuis son ouverture fin Septembre.

C'est dans le jeu que les Girondins ont fait penché la balance, grande nouvelle ! Sérieux et séduisants en première période, l'équipe de Francis Gillot a fait le boulot en ne laissant aucun intervalle aux Niçois.
La rencontre est placée sous le signe du spectacle à l'image de l'ouverture du score : Jussiê conserve le ballon dans le coin de la surface niçoise et réussit un centre en retrait pour Sertic qui balance une patate en pleine lucarne, digne de JPP à sa grande époque (111km/h). Obraniak imitera son collègue avec un "pétard" de 20mètres, toujours pleine lucarne, imparable pour le jeune gardien entrant.
Bordeaux se donnera quelques frayeurs avec ce pénalty encaissé à  la 77è. Les Girondins n'ont pas donné de signe de fébrilité jusqu'au coup de sifflet final ! Incroyable et inimagnable il y a encore quelques journées.

Du coup, Bordeaux fait un bon dans le classement et se positionne en 10e position au classement avec 17pts (à 3 pts du 4è Nantes). Bordeaux a fait des progrès dans le jeu et dans la finition, espérons que ces bons résultats soient le signe d'un (re)début de saison !

ALLEZ BORDEAUX !!!!!!
 
Nice OGC : Ospina ( Mandrea, 61' ) - Puel, Bodmer, Pejcinovic, Kolodziejczak - Digard (cap.), Mendy ( Bosetti, 67' ), Bautheac, Brüls ( Honorat, 87' ), Eysseric - Cvitanich ( But, pén, 77' ).

FC Girondins de Bordeaux :  Carrasso (cap.) - Mariano, Henrique, Sané, Orban - Sertic ( But, 31' ), N’Guemo, Faubert ( Rolan, 74' ), Obraniak ( But, 59' ) - Saivet, Jussiê ( Maurice-Belay, 81' ).
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'Allianz Riviera est tombée, pour la première fois de la saison. Et ce sont les Girondins de Bordeaux qui ont réussi ce tour de force, s'imposant 2 à 1 à Nice en début d'après-midi. Les Bordelais comptent désormais neuf longueurs d'avance sur le premier relégable, Valenciennes. La distance sur la zone rouge est prise. Devant eux, l'Olympique de Marseille (5e) ne possède plus qu'un petit point d'avance.
On appelle ça un retour au premier plan. Ou du moins au deuxième, ce qui n'est déjà pas si mal.

Et ce qui apparaît plutôt plaisant, c'est que l'équipe de Francis Gillot a ajouté la manière pour signer son premier succès à l'extérieur de la saison.
Après une alerte sur le but bordelais, c'est Jussiê qui épate le premier la galerie en réalisant un superbe enchaînement contrôle - retourné acrobatique, obligeant Ospina à se coucher (8e). Les spécialistes de la bicyclette sont d'ailleurs de sortie puisque dans la foulée, Bodmer trouve le poteau de Carrasso sur un retourné dans la surface de réparation.
Dominés sans pour autant concéder d'occasions dangereuses grâce à une belle application défensive, les Girondins se montrent prompts à profiter des contre-attaques, avec notamment un apport très intéressant de Faubert sur le côté droit.
La rencontre, on l'a dit, est placée sous le signe du spectacle. Et l'ouverture du score ne pouvait être que splendide : Jussiê conserve le cuir dans le coin de la surface niçoise et réussit un centre en retrait parfait pour Sertic qui, sans contrôle, balance un missile dans la lucarne d'Ospina (0-1, 31e).
Alors les Girondins prennent clairement l'emprise sur le match. Et Sertic tente de récidiver à longue distance juste avant la pause, sans succès.
Au début de la deuxième mi-temps, Ospina, le gardien niçois sort sur blessure, remplacé par Anthony Mandrea, 16 ans ! Face à ce tout jeune homme, les Bordelais s'enhardissent encore un peu plus. Saivet de la tête et Jussiê, bousculé dans la surface sans que l'arbitre n'y voit une faute, font passer les premiers frissons.
Et c'est une nouvelle frappe lointaine qui va permettre aux Girondins de faire le break. Le pauvre 5e gardien de l'OGC Nice doit s'incliner sur un "pétard" envoyé du pied gauche par Obraniak, qui a profité d'un appel de Jussiê dans son dos pour s'ouvrir un angle de tir immédiatement exploité (0-2, 59e).
Quel est le plus beau des deux buts bordelais ? Difficile à dire tant les deux frappes ont été limpides. Précisons seulement que Sertic a repris le ballon sans le moindre contrôle.
Une poussette d'Orban sur Bosetti va offrir un penalty généreux aux Niçois, que Cvitanich se fera fort de transformer (1-2, 77e). Et même si Saivet manquera à deux reprises le but du KO, les progrès des Girondins sautent aux yeux. Sur le terrain comme au classement.

Article : sudouest.fr