Présentation du site

Ce blog a pour but de réunir les supporters du Football Club des Girondins de Bordeaux et ceux du Stade Montois Rugby.
Deux clubs empreints d'un riche palmarès et d'une illustre histoire.
Le but est d'échanger sur les résultats et la vie des deux clubs à travers les articles, sondages et les podcasts pour lesquels vous pourrez donner votre avis et même participer.
Nous nous efforçons de faire au mieux et nous espérons que ce blog réussira à vous plaire.
Enfin, au delà de ces deux clubs, nous parlerons également de sport en général ( Podcasts, Résultats, Forum etc… ).
Pour optimiser le blog, préférez les navigateurs internet Google Chrome ou Mozilla.

Bonne visite.

Rappel

Palmarès FCGB :

□ D1 ou Ligue1 - 6 fois Champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999, 2009
□ D2 - 1 fois Champion : 1992.
□ Coupe de France - 4 fois vainqueur : 1941, 1986, 1987, 2013
□ Coupe de la Ligue - 3 fois vainqueur : 2002, 2007, 2009
□ Trophée des champions - 2 fois vainqueur : 2008, 2009

Palmarès SMR :

□ Championnat de France - 1 fois champion : 1963
□ Championnat de France de Pro D2 - 1 fois champion : 2002
□ Challenge Yves du Manoir ( ancienne coupe de France ) - 3 fois vainqueur : 1960, 1961 et 1962.


FORUM DU BLOG : http://forum.marine-et-jaune.xooit.fr/index.php
MARINE ET JAUNE SUR FACEBOOK : http://www.facebook.com/marineet.jaune

samedi 26 septembre 2015

8ème Journée : Girondins de Bordeaux 3 - 1 Lyon

La joie des Bordelais après le but du 2-0 inscrit par Plasil
Bordeaux lave l'affront de Nice en battant Lyon à domicile.....

Bordeaux s'est vite remis du revers de Nice.
Une victoire acquise notamment grâce à des coups de pieds arrêtés.
Encourageant pour la suite face à une équipe de Lyon qui se cherche encore après la blessure de Fekir.....

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La synthèse

Les Girondins ont renoué avec la victoire en battant Lyon samedi soir sur leur pelouse (3-1) grâce à des buts inscrits en première période. Ils se donnent de l'air au classement (12e) et emmagasinent de la confiance avant le déplacement à Kazan jeudi prochain en Ligue Europa.

Le résumé

La réponse des Girondins était attendue, elle est venue. Balayés à Nice mercredi (6-1), ils se sont rattrapés face à Lyon ce samedi (3-1), sans parvenir toutefois à effacer l'ardoise de l'an passé, quand l'OL était venu en balade à Chaban-Delmas (5-0). Voilà qui leur évite un début de crise.
La réussite les avait complètement abandonnés à l'Allianz Riviera, elle a été de leur côté au stade Matmut Atlantique puisqu'ils ont marqué sur leurs trois seuls tirs cadrés de la première période. Ils ont fait la différence sur l'impulsion de Khazri, étincelant depuis cet été.

Leur milieu offensif tunisien a beau être aligné à droite ces derniers temps, il conserve une grande liberté de mouvement et c'est d'ailleurs de la gauche qu'il venait lorsqu'il a battu Lopès d'un plat du pied décroisé (1-0, 17e). Son corner et son coup-franc ont ensuite trouvé Plasil (2-0, 40e) puis Pablo (3-0, 45e+2). Ce score fleuve à la mi-temps venait récompenser des Girondins timorés au départ mais rapidement agressifs et déterminés à presser haut des Lyonnais jamais vraiment dans leur assiette.

Pour le reste, cette victoire ne doit pas occulter les lacunes qui émaillent encore le jeu bordelais. Samedi, ils ont souvent manqué de mouvement devant pour bonifier les bons relais du triangle du milieu de terrain, cette fois inversé avec le seul Plasil en pointe haute. Rolan, certes passeur décisif pour Khazri, a ensuite traversé le match comme une âme en peine, manquant tout ce qu'il tentait ou presque, notamment un face-à-face (59e).

Les Girondins doivent aussi gagner en sérénité sur les coups de pied arrêtés défensifs. Carrasso avait été tout heureux de capter un ballon que son arrière-garde s'était contenté d'observer (11e) puis d'en voir un autre filer juste à côté de son but sur une tête de Tolisso (36e). Et comme pressenti, c'est en reprenant un corner de Ghezzal que Beauvue a réduit l'écart (3-1, 78e).

Cela n'a insufflé un esprit de révolte chez les Lyonnais que l'espace de quelques minutes. Derrière un bloc défensif solidaire, Carrasso n'a eu à s'interposer que sur une frappe de Ghezzal (61e) et un coup-franc de Beauvue (68e). Comme Willy Sagnol mercredi, Hubert Fournier a rapidement compris la nécessité de faire souffler son équipe avant le rendez-vous européen de Valence mardi (sorties de Valbuena et Tolisso en début de seconde période), ce qu'il avait déjà commencé à faire en laissant Bisevac et Gonalons sur le banc.

Le joueur : Wahbi Khazri

Il confirme semaine après semaine son statut de taulier. Buteur mais malheureux à Nice, où il avait gâché un face à face pour obtenir en vain un pénalty, il s'est brillamment rattrapé face à Lyon en ouvrant le score puis en offrant deux passes décisives à Plasil et Pablo sur coups de pied arrêtés. Il est impliqué sur huit des 11 buts bordelais inscrits cette saison : indispensable.

La réaction : Willy Sagnol

"Sans faire un grand match dans le jeu, on a su être disciplinés, montrer un bel état d'esprit, chose qu'on avait un peu oubliée à Nice. Il n'y avait pas de revanche, on savait qu'on avait fait un non match, on voulait remettre la même équipe pour montrer que ce n'était qu'un accident. On va essayer de bien récupérer, ramener un peu de sang frais jeudi (à Kazan) avec des joueurs qui ont moins joué et qui voudront montrer qu'ils peuvent être titulaires. Mais on va y aller pour prendre des points." (au micro de Bein Sports).

Le fait du match : la sortie de Gajic

Le latéral serbe a été remplacé poste pour poste dès la 31e par André Poko. Curieux : il ne paraissait pourtant pas blessé et sa performance était, jusque là, honorable (5 ballons perdus sur 18 joués). Au moment de gagner le banc, on a vu Willy Sagnol lui glisser quelques mots à l'oreille. L'entraîneur bordelais a livré son explication à la fin du match : "Parfois il y a des matchs où on n'y est pas et il ne faut pas laisser cette situation perdurer".

Le chiffre : 6

Comme le nombre de cartons jaunes reçus par Clément Chantôme depuis le début de la saison, championnat et coupe d'Europe confondus. Dont un ce samedi (plus un rouge direct à Larnaca). Le milieu de terrain, bien plus tranchant face à l'OL que ces dernières semaines, a encore des efforts à produire pour ne pas accumuler les suspensions.

Source : sudouest.fr

Après-match : Nice - Bordeaux


Conférence de presse après la rencontre entre Nice et Bordeaux.

Source : youtube.fr

Nice - Bordeaux : Le résumé en images


Résumé en images de la raclée que Nice a infligé aux Girondins de Bordeaux.

Source : youtube.fr

vendredi 25 septembre 2015

7ème Journée : Nice 6 - 1 Girondins de Bordeaux


 photo sud-ouest.fr

Une claque et on s'en va

Dure soirée pour nos Girondins de Bordeaux. Les joueurs de Willy Sagnol ont été lourdement battus par l'OGC Nice (6-1), mercredi soir, à l'occasion de la 7e journée de Ligue 1. Un score de tennis...

Jaroslav Plasil avait pourtant ouvert le score dès la 6e minute, mais c'était avant la déferlante niçoise, avec des buts de Valère Germain (33e), Mickaël Le Bihan (42e), Nicolas Pallois (52e csc), un doublé d'Hatem Ben Arfa (68e, 75e) et une dernière réalisation d'Alexandre Mendy (84e). Et pour ne pas arranger l'histoire, l'attaquant bordelais Enzo Crivelli a été exclu en début de seconde période (50e).

A l'issue de la rencontre, Jean-Louis Triaud, le président des Girondins, n'a pas caché sa déception :
"C'est une soirée difficile. On aurait dû être plus réaliste sur l'occasion du 1-2. Comme souvent après avoir concédé un but, on refuse de jouer et on recule trop. C'est une bonne leçon. Quand on ne respecte pas le foot, le bloc équipe, qu'on se lance dans une série de dribbles en oubliant les partenaires, on s'expose à ce genre de soirée. Les Niçois ont été assez adroits. Prendre trois buts ou quatre, cinq, ou six, cela ne change pas grand-chose. Notre bilan de début de saison n'est pas terrible.

Au classement, Nice grimpe à la 8e place, tandis que Bordeaux glisse au 15e rang. Victoire impérative face à Lyon à domicile, coup d'envoi samedi 26/09 à 20h00 !!

jeudi 24 septembre 2015

Après-match : Bordeaux - Toulouse


Conférence de presse après la rencontre entre Bordeaux et Toulouse.

Source : dailymotion.com

Bordeaux - Toulouse : le résumé en images


Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Toulouse.

Source : youtube.com

dimanche 20 septembre 2015

6ème Journée : Girondins de Bordeaux 1 - 1 Toulouse

Khazri et les Bordelais ont eu du mal à bousculer le TFC. (N. Luttiau) (L'Equipe) 
Émoussés après leur match européen, Bordeaux ne méritait pas mieux que le nul face à Toulouse..... 

Après une piètre première mi-temps et un but inscrit par les Toulousains, les Bordelais ont dû s'employer pour revenir au score.
En deuxième mi-temps, il aura fallu aligner 6 attaquants pour revenir au score....
Un manque de réalisme encore une fois qui aurait pu et surement dû couter plus cher...
Heureusement, Bordeaux peut encore s'appuyer sur son gardien qui a encore maintenu son équipe hors de l'eau et de la noyade...
Mais pour combien de temps encore ?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Beaucoup d'efforts et un seul point au classement. Les Girondins de Bordeaux n'ont pas rentabilisé leur dimanche face au Toulouse FC, en concédant leur quatrième match nul en six journées (1-1). Tout cela à cause de la pire mi-temps qu'ils ont réalisée cette saison.

"On a raté notre début de match, et en Ligue 1, ça se paie, on doit courir après le score", regrette Nicolas Maurice-Belay. "L'ouverture du score toulousaine nous a réveillés. C'est dommage, une fois de plus, on a du mal à marquer sur nos temps forts, on doit dépenser beaucoup d'énergie pour faire 1 à 1."
Un nul à l'énergie, c'est aussi ce que retient Nicolas Pallois. "On a dépensé beaucoup d'énergie pour accrocher ce match nul. Notre première mi-temps n'est pas bonne, on ne gagne pas nos duels. Après le but de Toulouse, on a bien réagi. Toulouse se procure des occasions parce que l'équipe est déséquilibrée vers l'avant. Carrasso nous a sortis les balles de but, et on égalise un peu tard malheureusement".
Il est vrai que le TFC a eu plusieurs occasions de faire le break mais a buté sur un Cédric Carrasso de gala. Au final, les Girondins ne s'en sortent pas si mal.
Willy Sagnol en convient.

"Un nul, c'est toujours mieux qu'une défaite mais il a quasiment fallu aligner six attaquants pour marquer. On ne méritait pas de prétendre à plus qu'un nul. On avait trop de manques pour espérer plus."

L'entraîneur bordelais n'a pas reconnu son équipe durant les 45 premières minutes. "Notre force habituellement, c'est de gagner plus de duels que l'adversaire. Aujourd'hui, c'était l'inverse en première mi-temps. C'est frustrant, énervant même si l'enchaînement des matchs nous met en difficulté, on a décidé de ne pas s'appuyer sur ça cette saison".

Article : sudouest.fr

samedi 19 septembre 2015

jeudi 17 septembre 2015

Après-match : Paris - Bordeaux


Conférence de presse après la rencontre entre Paris et Bordeaux.

Source : youtube.com

mercredi 16 septembre 2015

Paris - Bordeaux : Le résumé en images


Résumé en images de la rencontre entre Paris et Bordeaux.

Source : dailymotion.com

samedi 12 septembre 2015

5ème Journée : Paris 2 - 2 Girondins de Bordeaux

PSG - Girondins (2-2) : la couleur de l’exploit
Bordeaux crée l'exploit de ramener le nul de Paris.........

N'ayons pas peur de le dire, Bordeaux a créé l'exploit de ramener un nul chez l'ogre Parisien !!!!!!
Grâce notamment à deux bourdes du gardien Parisien, et Carasso allant également de la sienne, Bordeaux a pu partagé les points avec les Parisiens.
Au delà du score, c'est surtout dans la manière que les Girondins se sont illustrés.
Face à Paris, Bordeaux a fait un match plein et a même dominé les Parisiens dans la circulation de balle.
Encourageant pour la suite.....

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Girondins de Bordeaux étaient venus au Parc des Princes pour jouer. Willy Sagnol l'avait annoncé, mieux valait "en prendre trois" que "jouer à dix derrière". Non seulement ses hommes n'ont pris que deux buts, mais, de surcroît, ils en ont marqué autant. Ce 2-2 acquis sur la pelouse de l'invincible PSG a incontestablement valeur de victoire pour une équipe bordelaise minée par les blessures et dont le culot a fait plaisir à voir.


Le résumé

Alors qu'Angel Di Maria a déjà montré une partie de ce qu'il sera capable d'apporter au PSG cette saison, c'est bien Bordeaux qui se crée la première véritable occasion. Maurice-Belay et Crivelli parviennent à mettre la défense parisienne dans le vent, mais le centre de ce dernier est un poil trop fort pour pouvoir être exploité par Khazri, seul au point de penalty (11e).
Les Girondins pressent haut, gagnent leurs duels et se projettent rapidement vers l'avant, à l'image d'un Henri Saivet très intéressant en relayeur devant sa défense. L'ennui, c'est qu'il suffit d'une opportunité au PSG pour marquer. Et cette chance, c'est Carrasso qui va lui offrir, sous la forme d'une faute de main, au moment de capter une passe en profondeur de Verratti. Un contrôle en cloche et une volée très pure plus tard, Cavani ouvre le score (1-0, 27e).

Sur un corner parfaitement frappé par Khazri, Saivet remet aussitôt les deux équipes à égalité d'une subtile déviation de la tête au premier poteau, détournée dans ses propres buts par Trapp. On en est à 1-1 et une boulette de gardien partout (30e).

Pour Bordeaux, c'est plutôt mérité, mais les hommes de Willy Sagnol n'ont pas le temps de savourer. D'un coup franc impeccablement enroulé, Cavani redonne l'avantage au PSG (2-1, 34e).
Cette fois, les Girondins souffrent. Lucas met le feu, Poundjé réussit un tacle salvateur devant Matuidi, Cavani manque le cadre, Di Maria perd son face à face avec Carrasso... Il y a du KO dans l'air.
Même avec le remplacement de Traoré, transparent, par Gajic, Bordeaux met une dizaine de minutes à retrouver un peu d'air. Un laps de temps exploité par... Pallois pour contrecarrer plusieurs plans parisiens. La résistance girondine débouche sur une jolie période, illustrée par une tête décroisée de Crivelli que Trapp effleure du bout des gants pour empêcher Pablo de signer son arrivée au club marine et blanc.
Franchement, ces Bordelais jouent bien. Jamais encore le PSG n'avait été à ce point bousculé cette saison. Et même quand Saivet se fait expulser pour un deuxième carton jaune à un quart d'heure de la fin, les Girondins trouvent le moyen d'égaliser. Le but de Khazri ? Un gag. Trapp hérite d'une passe en retrait de Marquinhos, prend le temps de contrôler et... se fait chiper le ballon par l'international tunisien qui a fondu sur lui comme un avion (2-2, 78e). 
Pas au top les portiers ce vendredi soir ! Quoique Carrasso retrouve un main ferme pour empêcher Lavezzi d'offrir la victoire aux siens. Les tirs suivants ne seront pas cadrés. Et Bordeaux réussit un petit exploit.


Un homme dans le match

Whabi Khazri n'a pas réalisé le meilleur match de sa carrière sur la pelouse du Parc des Princes, mais on ne voit pas comment il aurait pu être plus décisif. Juste après l'ouverture du score parisienne, c'est lui qui frappe divinement un corner rentrant au premier poteau, aidé de la tête par Saivet pour mettre Kevin Trapp en difficulté. Le portier allemand du PSG risque d'ailleurs de faire des cauchemars en repensant au numéro 24 des Girondins. Alors qu'Henri Saivet vient d'être expulsé, Paris a quasiment gagné le match. Mais Trapp veut relancer proprement après une passe en retrait, il ne voit pas Khazri débouler dans son dos. La suite est un jeu d'enfant pour l'ancien Bastiais, l'homme providentiel des Girondins de Bordeaux en ce début de saison.

Article : sudouest.fr  

Stade Montois - Colomiers : Le résumé en images


Résumé en images de la rencontre entre Mont-de-Marsan et Colomiers.

Source : youtube.com

4ème Journée : Stade Montois 33 - 20 Colomiers

Ximun Lucu estime que son équipe a "progressé depuis le premier match"
Les Montois ont manqué le bonus offensif suite à un relâchement coupable en fin de match.....

Après une première mi-temps indigente et un essai inscrit pas les locaux juste avant la sirène, les Montois ont ensuite accéléré en seconde.
Hélas, après avoir atteint l'objectif du bonus offensif, les Montois se sont rendus coupables d'un relâchement dans les dix dernières minutes du match.
Les deux essais Columérins leur enlèvent le point de bonus offensif acquis courageusement et avec abnégation par les Landais.
Dommage, car avant la trêve, marquer 5 points au classement aurait fait du bien, il faut s'en contenter de 4 et d'une victoire acquise avec un sentiment d’inachevé...

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Montois ont donc vaincu le signe indien : ils ont enfin goûté à la victoire cette saison et dominé une équipe de Colomiers qui avait pris l'habitude de s'imposer à Guy-Boniface depuis deux ans. Certes, c'est toujours ça de pris. Mais on ne retiendra pas grand-chose de plus d'un affrontement qui a longtemps ressemblé à une rencontre de préparation entre deux équipes en panne de confiance. D'autant que les Montois ont bêtement abandonné en fin de match le bonus offensif gentiment offert par les Columérins.

Ils ont enfin lancé leur saison sur le plan comptable, mais cela demandera confirmation à Montauban dans un mois, après la trêve réservée à la Coupe du monde. Hier en tout cas, les partenaires de Julien Tastet sont arrivés avec une bonne demi-heure de retard. « On a hâte de retrouver la victoire » ; « On a absolument besoin de gagner » : les Montois avaient affiché leurs bonnes intentions cette semaine. On s'attendait à voir des morts de faim sur le terrain : on a trouvé une équipe apathique pendant quasiment toute la première période. Ballons tombés, combinaisons à contretemps, jeu au pied erratique, agressivité absente, les jaune et noir ont eu la chance de tomber sur une équipe de Colomiers conciliante, venue à Guy-Boniface pour se rassurer après sa déroute à Aurillac, plus que pour gagner.

Océan de médiocrité

Rien à signaler ou presque donc pendant une demi-heure, Saubusse et James meublant le score côté montois au même titre que Coll (remplaçant de Skrela blessé) côté Columérin (6-6, 16e). Mais de cet océan de médiocrité a failli par jaillir une action digne de ce nom : une succession de charges dans l'axe, un ballon écarté vers Lucu qui prolonge au pied pour Ratu, voilà comment les Montois ont fait basculer la rencontre hier soir (13-6,36e). Un simple éclair qui a suffi abattre à la résistance columérine.
Dès le début de la seconde période, les Montois appuyaient enfin sur l'accélérateur.

Des Columérins revigorés

Deux pénalités de Saubusse contribuaient à creuser l'écart, avant que l'indiscipline des visiteurs ne leur coûte cher. Réduits à 14 puis à 13, ils encaissaient coup sur coup deux essais quasiment identiques : une pénaltouche, un bon lancement puis des charges gagnantes de Tutaia puis Chedal-Bornu (33-6, 60e). Les Montois tenaient alors un bonus offensif quasiment inespéré.

Mais alors que tout semblait sous contrôle, la fin de match tournait au vinaigre après le carton jaune concédé par Cabannes, obligé de faire une faute d'antijeu pour empêcher Saout de filer dans l'en-but. Un fait de jeu qui relançait totalement les Columérins, soudain revigorés. Ils marquaient ainsi deux fois, par Roux en force, puis par Lagain qui échappait à plusieurs plaquages pour marquer entre les poteaux (33-20,77e). Une fin de match qui risque de laisser un goût amer aux Montois et ne lève pas tous les doutes après un début de championnat pour le moins poussif.

Article : sudouest.fr

mardi 8 septembre 2015

Après-match : Perpignan - Stade Montois


Résumé en images de la rencontre entre Perpignan et Mont-de-Marsan.

Source : youtube.com

samedi 5 septembre 2015

3ème Journée : Perpignan 14 - 09 Stade Montois

Rugby / Perpignan : l'Usap au forceps face à Mont-de-Marsan (14-9)
Des Montois mal payés de leurs efforts mais revenant avec le bonus défensif de Perpignan.....

De nouveau, un essai gag est venu annihiler tout espoir Montois.
Encore de la malchance pour les Landais qui étaient pourtant venus avec beaucoup d'intentions sur les terres catalanes.
Mais la maladresse est aussi venue s'inviter pour empêcher aux Montois d'inscrire des points précieux en vue de l'obtention d'une victoire.
A défaut, malgré une équipe Perpignanaise très prenable, les Jaune et Noir se contentent d'un point de bonus défensif mérité.
Même si le buteur a encore laissé des poitns au pied en route qui auraient également permis d'espérer mieux...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et de trois. L'été n'est pas encore terminé que le Stade Montois a déjà égalé sa pire série de la saison dernière, quand il avait été battu trois fois de suite au mois de janvier. L'hiver est donc un peu en avance cette année.

Cela ne fait pas vraiment les affaires des jaune et noir, qui risquent de traîner longtemps comme un boulet ce début de saison raté. La réception de Colomiers vendredi prochain s'annonce déjà brûlante, juste avant la trêve pour la Coupe du monde. Les Montois auront absolument besoin de renouer avec une victoire qui les fuit depuis le début de la saison.

Comme face à Lyon, ils ont perdu un match largement à leur portée hier. Un peu par leur faute (manque de sang-froid, mauvais choix tactiques, maladresses), mais aussi parce qu'ils ne sont franchement pas vernis en ce moment. L'hiver est un peu en avance on l'a dit, et c'est déjà le temps des cadeaux de Noël pour les adversaires des Montois.

Hier encore, ils ont encaissé un essai digne de figurer dans les bêtisiers de fin de saison : touche pour l'Usap, lancer complètement raté, en-avant catalan oublié par l'arbitre, puis une dernière passe qui échoue par miracle à Michel en bout de ligne (5-0,11e)... « La passe que fait le 10 de Perpignan sur l'essai, il n'y a peut-être que Lionel Messi qui arrive à la faire, on peut appeler ça du réalisme… », pestait Christophe Laussucq à l'issue de la rencontre. Au moins, ce coup du sort n'a pas complètement abattu des Montois bien rentrés dans la partie et qui ont franchement dominé toute la première période.

Occasions gâchées
On attendait leurs progrès offensifs ? Ils ont rassuré sur ce point, mais pas totalement. En une mi-temps on a vu plus de jeu que lors des deux premiers matchs, mais sans que cela ne se concrétise au tableau d'affichage. La faute à une grosse faillite en touche ainsi qu'à un manque d'esprit tueur près des lignes, à l'image de ce 2 contre 1 vendangé par Ratu, ou cette action où l'ailier fidjien est retourné dans l'en-but juste avant la pause.

Indisciplinée, souvent à la limite de la rupture, l'USAP faisait toutefois la course en tête grâce au pied de Bousquet. « Il y a des regrets, parce qu'on a une ou deux grosses occasions en première mi-temps qu'on ne met pas. Du coup, on est toujours derrière au score, ça leur a permis de ne plus se découvrir et de juste gérer cette avance », regrette l'entraîneur montois.

Humilié sur la première mêlée du match, le paquet d'avants montois se vengeait et permettait toutefois au Stade de recoller (8-6, 42e). Mais le deuxième acte se révélait beaucoup plus cadenassé que le premier. Au bénéfice des Catalans donc, qui profitaient d'un ballon porté écroulé et d'une faute d'antijeu de James (14-9, 58e) pour s'assurer un succès minimaliste.

Car comme face à Lyon, les Montois ont été incapables de trouver la faille au moment de renverser le cours du match. Après la sirène, James préférait même assurer le bonus défensif plutôt que de tenter l'impossible. Une sage décision qui scellait la troisième défaite d'un Stade Montois désormais bien englué en queue de peloton.

« Il n'y a pas forcément d'inquiétude, il y a des progrès. Il ne faut pas se dire que c'est cata (sic) mais il faut une remise en question quand même, lance Carlos Muzzio. Et il faut gagner des matchs, c'est le plus important », rappelle le pilier montois. Plutôt dès vendredi prochain même.

Article : sudouest.fr