Présentation du site

Ce blog a pour but de réunir les supporters du Football Club des Girondins de Bordeaux et ceux du Stade Montois Rugby.
Deux clubs empreints d'un riche palmarès et d'une illustre histoire.
Le but est d'échanger sur les résultats et la vie des deux clubs à travers les articles, sondages et les podcasts pour lesquels vous pourrez donner votre avis et même participer.
Nous nous efforçons de faire au mieux et nous espérons que ce blog réussira à vous plaire.
Enfin, au delà de ces deux clubs, nous parlerons également de sport en général ( Podcasts, Résultats, Forum etc… ).
Pour optimiser le blog, préférez les navigateurs internet Google Chrome ou Mozilla.

Bonne visite.

Rappel

Palmarès FCGB :

□ D1 ou Ligue1 - 6 fois Champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999, 2009
□ D2 - 1 fois Champion : 1992.
□ Coupe de France - 4 fois vainqueur : 1941, 1986, 1987, 2013
□ Coupe de la Ligue - 3 fois vainqueur : 2002, 2007, 2009
□ Trophée des champions - 2 fois vainqueur : 2008, 2009

Palmarès SMR :

□ Championnat de France - 1 fois champion : 1963
□ Championnat de France de Pro D2 - 1 fois champion : 2002
□ Challenge Yves du Manoir ( ancienne coupe de France ) - 3 fois vainqueur : 1960, 1961 et 1962.


FORUM DU BLOG : http://forum.marine-et-jaune.xooit.fr/index.php
MARINE ET JAUNE SUR FACEBOOK : http://www.facebook.com/marineet.jaune

mercredi 12 octobre 2016

8ème Journée : Paris 2 - 0 Girondins de Bordeaux
















Bordeaux n'a pas su aborder de la meilleure des façons le début de match et s'est incliné logiquement

Complètement dépassé en première période avec une composition en 4-3-3 qui ne lui convenait pas, Bordeaux s'est montré apathique et a concédé deux buts (2ème but hors-jeu) qui ont traduit une domination sans partage de Paris.
En seconde période, les Girondins sont revenus avec leur schéma tactique de ce début de saison (4-2-3-1) et ont touché un peu plus le ballon.
Mais ils n'ont pas su se créer d'occasions sauf sur une action en fin de match que Laborde n'a pas pu concrétiser.
Coup d'arrêt pour les Girondins qui vont se retrouver vraisemblablement en milieu de classement après la fin de cette journée.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Evidemment, ça fait mal. S'incliner 2-0 au Parc, quand vous avez clamé à tout vent votre envie de profiter du billard du Parc des Princes pour jouer crânement l'offensive et privilégier votre plaisir, cela s'appelle une claque. Cela vous renvoie à vos études, face à l'évidence de ces lacunes que, promptement, vous aviez dissimulées sous le tapis dévasté du Matmut. Les Girondins sont tombés sur un virevoltant PSG, qui, avec son milieu de la saison dernière (Motta, Verratti, Matuidi), avait retrouvé sa verve, ses convictions et son punch des plus beaux jours de l'époque Zlatan. Il aurait fallu que Bordeaux bataille un peu plus, évolue à un autre niveau que ce qu'il a montré hier soir pour troubler le réalisme d'une équipe parisienne déterminée à laisser derrière elle ses errements toulousains (0-2, 7e journée).

Un milieu étouffé

Plasil et ses copains n'ont pas existé, se faisant transpercer sur toutes les attaques adverses. Sans les inspirations de Cédric Carrasso, ils auraient pris une fessée d'une autre ampleur que celle subie hier avec les deux buts d'Edinson Cavani (3e, 30e). Jocelyn Gourvennec avait raison : Paris est capable de déjouer toutes les stratégies. Et celle choisie par le Breton vola en éclats dès la deuxième minute sur cette action de Kurzawa et Di Maria conclue par le coup de tête victorieux de Cavani. Lui, l'adepte du 4-4-2, avait choisi de renforcer son milieu en plaçant Toulalan en sentinelle, derrière Plasil et Sertic. Mais en l'occurrence, il n'est pas sûr que le sort de ce match ait tenu à la stratégie, dont on comprit qu'elle aurait dû consister à tenter de gêner le PSG jusqu'à le faire douter.

L'ex-coach de Guingamp regretta que son équipe ait encaissé ce but trop vite. Les Girondins ne peuvent pas continuer à se trouver menés au bout de moins de cinq minutes de jeu, comme ce fut le cas à Toulouse et Lyon. Mais au-delà, il faut bien constater que le milieu du PSG a étouffé littéralement le trio bordelais pendant toute la partie. « Les Parisiens ont effectué un énorme pressing en première période », expliqua Gourvennec. « Ils ont défendu en avançant, la plupart du temps dans notre terrain. »

Des chiffres cruels

Les chiffres sont cruels, qui montrent que Thiago Motta toucha 147 ballons, Verratti 110 contre 20 à Plasil (en 57 minutes), 46 à Sertic et 66 à Toulalan. Ils confirment l'impression visuelle : celle d'un trio étouffé, jouant sous pression permanente, n'ayant pas les ressources physiques pour accélérer ou jouer autrement qu'au petit trot. « Ce n'est pas un problème physique », lança le coach bordelais après la partie.

Déjà contre Caen, on avait constaté que Plasil et Sertic couraient beaucoup mais ne parvenaient pas à changer de rythme et accélérer. Le Tchèque accuse sans doute un peu de lassitude, Sertic sort d'une année blanche, alors que Toulalan n'a jamais été un accélérateur de jeu.

Bien sûr, perdre à Paris n'a rien d'infamant. Ce revers sert au moins à mettre en évidence les difficultés des Bordelais à prendre le jeu à leur compte face à des adversaires qui jouent trop vite pour eux ou qui, à l'inverse, leur imposent un gros défi physique. Jusqu'au match de Saint-Etienne ce soir à Lyon (20 h 45), leur revers ne prête pas à conséquence au classement immédiat. Mais il faudra montrer autre chose à Rennes dans quinze jours.

Article : sudouest.fr

Résumé en images du match entre Paris et Bordeaux.

video

Source : youtube.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire